Répartition des départements

Christian Lüscher: «Ueli Maurer doit garder Jacques de Watteville»

Les réactions sont contrastées. Le PDC est déçu que l'UDCV n'ait pas manifesté d'intérêt pour Justice et Police

Le président du PDC, Christophe Darbellay, n'a pas tardé à dégainer sur Twitter: «Occasion manquée de confier Justice et Police à l'UDC. Dommage. L'UDC n'est pas intéressée. Il est plus facile de critiquer que de travailler.»

Il confirme au Temps: «L'UDC, qui a toujours critiqué Simonetta Sommaruga, aurait au moins pu marquer de l'intérêt pour ce département. Il est toujours plus facile de critiquer que d'assumer ses responsabilités.»

A l'ATS, le président de l'UDC Toni Brunner a déclaré qu'il était «déçu» que Simonetta Sommaruga n'ait pas voulu libérer le DFJP. Dans une interview au Temps, il avait pourtant déclaré en octobre qu'il ne serait «pas idéal» qu'un UDC reprenne le dossier de l'asile!

Satisfaction du PS

Le Parti socialiste est, lui, satisfait. Il salue «le choix de la stabilité et du collectif» et juge que la nouvelle répartition des portefeuilles est une «bonne nouvelle pour les réformes des retraites et de l'asile». Il se réjouit que Simonetta Sommaruga puisse poursuivre la mise en oeuvre de l'initiative contre l'immigration de masse et l'égalité salariale.

Le PS confirme ainsi qu'il n'était pas très chaud pour que l'un de ses deux ministres reprenne les rênes des Finances dans un gouvernement qui penche plus à droite que le précédent. Il invite Ueli Maurer à continuer de défendre la réforme de la place financière et à «ne pas favoriser l'armée dans les discussions budgétaires futures.»

Mérite de la stabilité

La stabilité est également saluée par le vice-président du PLR, Christian Lüscher. Il pense qu'Ueli Maurer «défendra la place financière ainsi que les PME». Une plus grande rigueur en matière de finances, tout en préservant l'armée, lui paraît incontournable. Christophe Darbellay ne doute pas non plus des compétences du nouveau ministre des Finances pour la gestion du budget.

Mais Ueli Maurer devra aussi représenter la Suisse dans les organes qui règlent les questions fiscales et financières internationales. Or, le Zurichois ne brille pas particulièrement sur les parquets internationaux. «Il lui faudra un peu de temps pour s'acclimater et se faire connaître. Si j'ai un conseil à lui donner, c'est de garder le secrétaire d'Etat Jacques de Watteville, l'un de nos meilleurs diplomates et un atout essentiel dans les négociations internationales», recommande-t-il. «Le costume taillé par Eveline Widmer-Schlumpf est trop grand pour Ueli Maurer à cause de cette dimension internationale», renchérit Christophe Darbellay.

Publicité