C’est un rebondissement inattendu. La rébellion des Bâlois – 18 500 d’entre eux ont signé le manifeste «Rettet Basel» sur internet – a eu raison des intentions des propriétaires de la «Basler Zeitung» (BaZ), le financier tessinois Tito Tettamanti et l’avocat d’affaires bâlois Martin Wagner, qui avaient acquis le capital de la Basler Zeitung en février dernier (75% pour Tettamanti et 25% pour Wagner). Sous couvert de nécessité de remettre à flot une entreprise largement déficitaire, ils avaient confié un mandat d’expertise à la société Robinvest de Christoph Blocher. Bâle ne voulait pas d’une mainmise du vice-président de l’UDC sur son unique quotidien.

Encore fallait-il trouver une alternative. Le «sauveur» se nomme Moritz Suter, 67 ans, enfant de Bâle, fondateur et directeur de l’ex-société aérienne Crossair, emportée dans la débâcle de Swissair en 2002.

Moritz Suter a acquis mercredi l’entier du capital de la Basler Zeitung, Tito Tettamanti et Markus Wagner quittant immédiatement l’entreprise bâloise. L’entrepreneur autodidacte Suter, qui n’a qu’une formation de pilote d’avion et qu’on ne connaît que dans le monde aérien, est seul maître à bord. Il cherche d’autres investisseurs pour l’accompagner.

Davantage que le changement de propriétaire, c’est le sort réservé à Robinvest qui retient l’attention. Moritz Suter interrompt son mandat. Christoph Blocher est de fait éjecté de la Basler Zeitung. Autre décision du nouvel homme fort: le siège de la société, actuellement établi à Zoug, est rapatrié à Bâle.

Selon le site online du Tages Anzeiger qui révèle l’information, Moritz Suter maintient en place l’autre «bras armé de l’UDC» au sein de la BaZ, selon une formule d’observateurs bâlois: le rédacteur en chef, Markus Somm, nommé à fin août, reste à la tête de la rédaction. C’est un ancien de la Weltwoche, proche de l’UDC et de Christoph Blocher. Le soulagement des Bâlois risque d’être nuancé par cette décision.