Blocher prêt à étudier une taxe sur les étrangers

9 février Le tribun assouplit sa position

Christoph Blocher semble prêt à faire quelques concessions. Dans la SonntagsZeitung , le tribun zurichois indique que si le Conseil fédéral trouve un meilleur système que les contingents pour réduire l’immigration et appliquer l’initiative du 9 février, il «est prêt à en discuter». Pour lui, la proposition du professeur d’économie Reiner Eichenberger de taxer les employeurs qui engagent du personnel étranger ou les migrants eux-mêmes «mérite réflexion, même si elle n’est pas aboutie».

Christoph Blocher tente-t-il d’amorcer un virage stratégique via la presse dominicale? Depuis le 9 février, l’UDC n’a cessé de plaider pour une résiliation de l’accord sur la libre circulation des personnes si Bruxelles refuse de négocier. Mais les sondages montrent l’attachement des Suisses aux accords bilatéraux. Et le dernier baromètre électoral n’est pas de bon augure pour le premier parti de Suisse, qui perdrait 2% de son électorat.

Cette semaine, une centaine de personnalités issues des milieux économique, académique, culturel et politique vont d’ailleurs se mobiliser pour sauver les accords bilatéraux avec l’UE . «La Suisse en Europe, l’appel de citoyennes et citoyens inquiets» compte parmi ses signataires les anciens conseillers fédéraux Pascal Couchepin et Micheline Calmy-Rey.