Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Christoph Blocher. (Archive)
© MARCEL BIERI

Zurich

Christoph Blocher victime d'une tentative d'agression

A l'issue d'un débat sur l'Europe à Zurich hier, un homme a voulu donner des coups de poing à l'ex conseiller fédéral avant d'être immobilisé par la sécurité. Christoph Blocher n'est pas blessé mais l'homme portait un couteau

A l'issue d'une table-ronde organisée dans l'hôtel Mariott de Zurich samedi, consacrée aux relations Suisse/Union européenne, et où il débattait avec le socialiste bernois Corrado Pardini, Christoph Blocher, âgé de 81 ans, a été victime après le débat, vers 13h00, d'une tentative d'agression, selon des informations du Sonntagsblick confirmées par la police de Zurich.

Un homme âgé d'une soixantaine d'années l'a apostrophé dans un couloir de l'hôtel, alors que le stratège de l'UDC allait repartir avec sa femme vers sa limousine qui l'attendait dehors: «Est-ce que vous vous souvenez de moi? Je suis celui qui vous a fait conseiller fédéral»; il a ensuite essayé de lui donner un coup de poing.

Des gardes sécurité sont immédiatement intervenus et ont plaqué l'homme contre un mur, faisant ainsi tomber un couteau que l'agresseur portait manifestement sur lui. L'hôtel a prévenu la police qui est aussitôt arrivée et a emmené l'homme.

Christoph Blocher n'a pas été touché encore moins blessé. L'homme était visiblement désorienté, a-t-il raconté au Sonntagsblick. 

Les personnalités politiques ont l'habitude de circuler sans beaucoup de sécurité en Suisse, on se souvient du buzz international qu'avait suscité la photo de Didier Burkhalter attendant paisiblement son train sur un quai de gare à Neuchâtel, seul.

(Avec la presse alémanique)


Lire aussi:

Roger Köppel, la nouvelle idole de l'UDC

La Suisse-connexion du parti d'extrême-droite allemand AfD

«Nous sommes démunis face à ces agresseurs»

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a