Campagne

Christophe Darbellay demande pardon à ses électeurs pour une infidélité conjugale

Président des démocrates-chrétiens durant dix ans, il s’est profilé en défenseur des familles. La naissance d’un enfant hors mariage pourrait altérer son image auprès de son électorat

L’ancien président du PDC, le Valaisan Christophe Darbellay, a conscience de l’impact que son comportement privé peut avoir sur sa campagne politique. Dans le «Sonntagsblick», il demande pardon à ses électeurs pour avoir trompé sa femme lors d’une soirée à Berne, en décembre dernier. Une histoire qui aurait pu passer inaperçue, si elle n’avait pas eu pour conséquence la naissance d’un enfant, mardi dernier.

«J’ai fait une grosse erreur»

Le politicien, déjà père de deux garçons et une fille, s’épanche sur cette affaire dans l’hebdomadaire, sans doute pour devancer les rumeurs. «J’ai fait une grosse erreur, dit-il. Et ce fut pour moi extrêmement dur d’avouer ce qu’il s’est passé à ma femme. Mais, bien que je l’aie blessée profondément, elle a décidé d’affronter cette situation difficile à mes côtés». L’ancien conseiller national explique avoir l’intention de s’occuper de son enfant, qu’il a d’ailleurs reconnu officiellement, et l’entretenir financièrement.

Au cours des dix années passées à la tête des démocrates-chrétiens, Christophe Darbellay, aîné d’une fratrie de cinq garçons, a profilé son parti en défenseur de la famille. Il a informé le PDC valaisan de sa situation, explique le président de la formation cantonale, Serge Métrailler: «En reconnaissant son erreur et en assumant les conséquences, il est en adéquation avec nos valeurs. C’est dans les moments difficiles que l’on voit l’importance d’une famille unie, pour le meilleur et pour le pire. Sur le plan politique, cette situation ne remet pas en cause son bilan, ni sa capacité à exercer un pouvoir exécutif.»

Christophe Darbellay fait figure de favori aux élections au Conseil d’Etat valaisan, qui se tiendront en mars 2017. Son épouse, Florence Carron Darbellay, avocate, s’est engagée en politique à l’occasion des élections communales qui auront lieu en octobre 2016. Elle brigue un siège à la municipalité de Martigny-Combe.

Publicité