A Genève, le débat sur les cimetières ne risque pas de gagner en clarté. Les communautés juive et musulmane, qui attendent une solution durable pour pouvoir enterrer leurs morts dans des espaces réservés, voient une fois de plus les propositions se multiplier. A droite surtout, où les trois partis de l'Entente bourgeoise militent tous pour une solution différente: les libéraux et les démocrates-chrétiens ont déposé chacun mardi un projet de loi. Des textes qui viennent s'ajouter à la proposition élaborée il y a deux semaines par les présidents des partis radical et Vert.

En octobre dernier, le Grand Conseil avait résolu d'entrer en matière sur une modification de la loi sur les cimetières datant de 1876. Le projet du Conseil d'Etat, qui proposait d'autoriser la création de cimetières privés et de carrés confessionnels, s'était retrouvé constellé de propositions d'amendements et avait finalement été renvoyé en commission. Mais les commissaires ne sont pas les seuls à plancher sur une solution. Les radicaux, toujours opposés aux cimetières privés et aux carrés confessionnels qu'ils jugent incompatibles avec le respect de la laïcité, proposent, avec les Verts, un amendement autorisant l'orientation des fosses en direction de La Mecque ou de Jérusalem, dans certains secteurs des cimetières. Surtout, leur texte ne fait plus explicitement mention des communautés: les aménagements particuliers seraient réclamés par les familles auprès du Conseil d'Etat.

Une proposition qui n'est pas soutenue par les communautés juives et musulmanes, contrairement au projet libéral. Le parti propose d'inscrire dans la loi trois exceptions à l'interdiction des cimetières confessionnels. Il prône la légalisation du carré musulman qui existe déjà dans le cimetière du quartier du Petit-Saconnex et la création d'un nouveau, dans le cimetière de Saint-Georges, en Ville de Genève.

Egalité de traitement

Le Parti libéral veut aussi autoriser la communauté juive à ensevelir ses morts sur la partie suisse du cimetière qu'elle possède dans la commune de Veyrier, et dont les tombes sont toutes, à l'heure actuelle, situées en France. D'après les radicaux et le PDC, le projet libéral pose un problème d'égalité de traitement des communautés.

Le PDC propose pour sa part la reconnaissance légale du carré musulman du Petit-Saconnex et la transformation du cimetière de Veyrier en carré confessionnel. Enfin, la proposition du PDC intègre une solution sur laquelle planchent le ministre Laurent Moutinot et le conseiller administratif Manuel Tornare: la création de deux carrés au cimetière de Saint-Georges pour chacune des communautés.