On l’attendait depuis deux ans! Le Cisalpino II (ETR 610), dernier né de la technologie française d’Alstom, effectue aujourd’hui un trajet inaugural entre Lausanne et Sion. Ultramodernes, cette nouvelle génération de trains à pendulation, permettant d’augmenter la vitesse dans les virages, sera en mesure d’effectuer des pointes à 250 km/h sur les tronçons à haute vitesse en Italie. De quoi réduire considérablement le temps de trajet entre Genève et Milan.

Une inauguration sur fond de polémique, en raison d’un retard de deux ans sur la livraison des trains. Un malheur ne venant jamais seul, l’entreprise Cisalpino, codétenue par Trenitalia et les CFF est à l’avant de nouvelles déconvenues. A quelques semaines de la mise en service de deux Cisalpino entre Genève et Milan, on apprend qu’ils ne pourront pas emprunter le tronçon du Gothard pour relier l’Italie en raison de problèmes techniques.

Le Gothard attendra

Selon une information relayée ce matin dans le quotidien alémanique Der Bund, avec un poids de 450 tonnes, l’ETR610 est bien trop lourd, comme l’ont démontré les tests effectués et n’aurait donc pas rempli ses objectifs en la matière – du moins en partie – pour circuler sur les quelque 57 km du Gothard. Au sein des CFF, on estime que la probabilité que le Cisalpino II puisse emprunter les virages à grande vitesse en recourant à la pendulation est faible. «Plus le train est lourd, plus la vitesse dans les virages est importante, augmentant ainsi la pression sur les voies», souligne Daniel Kiener, Chef de section de l’Office fédéral des transports (OFT).

Et d’ajouter que l’ETR610 n’a pour l’heure pas reçu l’homologation d’exploitation nécessaire pour permettre son exploitation sur le tronçon du Gothard. D’autres mesures doivent être encore prises en la matière pour garantir la traversée.

Les CFF agacés

Pour le patron de Cisalpino, Alain Barbey, c’est une déconvenue de plus qui effrite davantage ses relations avec la régie fédérale déjà agacée par le nombre de pannes et retards records subis sur la ligne entre Genève et Milan. En février dernier, le Conseiller fédéral et chef du département fédéral des transports, Moritz Leuenberger, n’avait pas caché son agacement, soulignant que l’exploitation d’une ligne ferroviaire n’était «pas seulement un droit, mais également un devoir». De son côté l’OFT avait brandi la menace d’un retrait de la concession à Cisalpino. Si Alain Barbey assure avoir pris des mesures, il se serait bien passé d’une nouvelle polémique.

Recherche d’alternatives

Au sein des CFF, le retard de livraison et les problèmes sur le tronçon du Gothard sont tout bonnement qualifiés de «désastreux». De quoi provoquer l’ire des experts de la Compagnie des chemins de fer fédéraux. «Il est complètement fou que le fabricant (Alstom) ne soit pas en mesure de livrer un train en bonne et due forme, comme exigé, réagissent-ils.»

Malgré tout, on tente de trouver des alternatives. Les experts doivent clarifier dans ce sens s’il est justifié d’avoir recours à la pendulation sur le tronçon du Gothard. Et ce d’autant plus qu’il est déjà attesté que l’ETR610 ne roulera pas plus vite sur le réseau suisse qu’un train conventionnel. Une alternative qui permettra peut-être de ménager les nerfs des CFF et leur porte-monnaie. Andreas Meyer, directeur des CFF, tranchera cet automne.