Avec Harvard en première place pour la 20e année consécutive, les universités américaines caracolent toujours en tête du classement de Shanghai publié ce lundi 15 août. Du côté suisse, l’EPFZ est considérée comme la meilleure université, suivie par les universités de Zurich et Genève. Viennent ensuite l’Université de Bâle à la 83e place et l’EPFL, dans le segment entre la 101 et la 150e place, tout comme l’Université de Lausanne.

L’Université de Genève (Unige), il y a dix ans, lors du classement 2011, était classée 73e. L’établissement, qui a donc gagné plus de 10 places, a compté plusieurs récompenses ces dernières années, dont le Prix Nobel de physique obtenu par Michel Mayor et Didier Queloz en 2019. Plus récemment, une médaille Fields a été attribuée à Hugo Duminil-Copin, mathématicien à l’Unige. L’Arc lémanique s’est vu doublement récompensé en juillet dernier: à l’EPFL, Maryna Viazovska a également été médaillée. Les disciplines genevoises particulièrement bien notées par le classement de Shanghai sont par ailleurs la physique, les soins dentaires et les mathématiques.

Lire aussi: Didier Queloz et Michel Mayor: «Notre découverte a changé la perspective sur l’Univers»

En 2019, l’Université de Genève avait toutefois atteint la 58e place. Quant à la seconde université romande du classement, l’EPFL, elle a perdu plus de 20 places depuis 2018. Alors qu’elle se situait à la 81e place, elle est désormais reléguée au segment comprenant les 100e à 150e places. En 2015, l’EPFL était déjà sortie du top 100. Cette année, les sciences et l’ingénierie de l’énergie ont obtenu les meilleures notes en tant que branche. Dans cette discipline, l’EPFL est considérée comme la quatrième meilleure université du monde, avant le Massachusetts Institute of Technology (MIT), et la première en Suisse.

Lire aussi: Seconde femme à recevoir la médaille Fields, Maryna Viazovska explore les différentes dimensions mathématiques

Les Anglo-Saxons s’imposent

Les établissements anglo-saxons s’imposent, comme l’an dernier, aux dix premières places: huit universités américaines et deux britanniques occupent le haut de l’édition 2022 de ce classement mondial des meilleurs établissements d’enseignement supérieur, réalisé depuis 2003 par le cabinet indépendant Shanghai Ranking Consultancy.

Trônant à la première place, Harvard devance une nouvelle fois sa compatriote Stanford. Cette année, une autre université américaine, le Massachusetts Institute of Technology, s’est emparée de la troisième place du podium, reléguant la britannique Cambridge en quatrième position.

Lire aussi: Hugo Duminil-Copin, médaillé Fields: «On devrait laisser plus de place à l’intuition en mathématiques»

On trouve ensuite les universités américaines Berkeley (5e) et Princeton (6e) puis la britannique Oxford (7e). Au total, 39 universités américaines figurent dans le top 100. Premier établissement non anglo-saxon, l’université française Paris-Saclay est à la 16e place.

Sur ce sujet, en 2019: La Suisse grimpe à la 3e place mondiale des universités

Le classement de Shanghai prend en compte six critères, dont le nombre de Nobel et de médailles Fields – considéré comme le Nobel des mathématiques – parmi les étudiants diplômés et les professeurs, le nombre de chercheurs les plus cités dans leur discipline ou le nombre de publications dans les revues Science et Nature.

Cette année, plus de 2500 établissements ont été examinés pour établir un classement des 1000 premiers.