Injoignable par son parti depuis qu’il était arrivé en Corée du Nord, le conseiller national du PDC vaudois Claude Béglé est réapparu sur Facebook ce mardi 23 juillet. A la suite de la polémique suscitée en Suisse par ses tweets très laudatifs sur le régime en place, il a ressenti le besoin de s’expliquer. «La situation en Corée du Nord est bien plus complexe qu’on ne l’imagine», résume-t-il.

Lire aussi: Claude Béglé, un éloge d’une dictature qui choque

Ce faisant, Claude Béglé tord le cou à une rumeur alimentée notamment par son ancienne collaboratrice personnelle Isabelle Tasset – par ailleurs aussi coprésidente du PDC vaudois – qui a laissé entendre que le compte Twitter de l’élu aurait pu être «manipulé». Ce n’est à l’évidence par le cas.

«Des clichés à corriger»

Sur Facebook, le plus voyageur des députés fédéraux justifie son déplacement par son envie «d’essayer de comprendre sans a priori la situation en Corée du Nord et d’anticiper ce qui pourrait se passer au plan économique en cas d’ouverture graduelle de ce pays». Il précise qu’il s’y est rendu à titre privé, sans mandat d’une quelconque instance politique suisse. Mais il reconnaît dans la foulée que l’organisation de cette visite a été assurée par les instances dirigeantes du pays, que ce soit le Parti communiste, les ministères ou les entreprises d’Etat.

Dans un premier bilan de son voyage, Claude Béglé tient à casser un cliché très répandu en Occident: «La Corée du Nord n’est pas un pays sous-développé où on manquerait de tout. La situation est loin d’être désespérée, y compris en milieu rural. Mis à part le taux de conversion très faible de la monnaie nationale, il me semble qu’on se trouve plutôt face à une économie intermédiaire», écrit-il. Quant aux gens qu’il a rencontrés, «ils sont plus décontractés» qu’il ne l’avait imaginé: «Ils aiment s’amuser et boire des bières dans des estaminets enfumés», ajoute-t-il.

Ces explications sont pourtant loin de clore la polémique. «Nous maintenons notre position selon laquelle le PDC vaudois se distancie des tweets de Claude Béglé louant le socialisme de la Corée du Nord», déclare son coprésident, Gérald Cretegny. La direction du parti entend bien avoir «une franche discussion» avec sa tête de liste lors des prochaines élections fédérales dès son retour en Suisse.