Farouchement opposé aux lois sur l'asile et sur les étrangers, Claude Ruey, président du Parti libéral, n'a pas passé la meilleure des journées samedi: réunis en assemblée à Genève, les délégués de son parti ont prôné à l'unanimité le non à l'initiative COSA sur les bénéfices de la BNS, mais deux fois oui concernant l'asile et les étrangers. Ils ont toutefois été divisés sur ces objets: les délégués libéraux n'étaient que 18 à voter pour la loi sur les étrangers contre 16 qui y étaient opposés. La loi sur l'asile a pour sa part été soutenue plus largement, par 23 voix contre 12. Pour la majorité des délégués, il était nécessaire de «donner un signal clair de fermeté», précise le communiqué du PLS. «Mais les libéraux regrettent que la Confédération n'empoigne pas plus énergiquement les mesures qui seraient les plus efficaces, soit la négociation d'accords de réadmission avec les pays de provenance».