Communication

Le clip de l’EPFZ qui fait rire jaune

Tentant de casser son image trop sérieuse, l’institution provoque une avalanche de critiques avec une vidéo promotionnelle qui se veut humoristique

Une vidéo qui circule à toute vitesse sur les réseaux sociaux et dont les médias parlent, que rêver de mieux? Le dernier clip publicitaire de l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ) est viral. C’est même sans doute, avec près de 125 000 vues en quatre jours, l’un des plus gros succès de la vénérable institution zurichoise. Mais pas pour les bonnes raisons: sur YouTube, le clip déchaîne une déferlante de critiques. Sentiment dominant: le malaise.

La vidéo promotionnelle pastiche un clip de rap, pour vanter les mérites de son master et distille un charabia marketing vantant les mérites de la Suisse – «On aime la liberté autant que le fromage» – ou de l’EPFZ: «On fait des découvertes pour un meilleur monde, un meilleur futur», «On a des centaines de start-up qui lèvent des millions de capitaux»; «Pas besoin de chercher un job. C’est le job qui vient vers toi».

L’université tente de casser son image trop sérieuse. Mais ce n’est pas du goût de tous, surtout étudiants ou alumnis, qui apprécient peu la plaisanterie. Dans les quelque 480 commentaires sur YouTube, beaucoup d’entre eux estiment que le style ne colle pas avec l’image de l’institution. «Rendez-moi mon diplôme!» écrivent certains. D’autres s’en prennent à l’augmentation récente des frais d’écolage: «Merci de gaspiller notre argent.» Ou s’inquiètent qu’avec ce clip «absurde, enfantin, inutile», «déplacé», «cliché» ou «hautement embarrassant», l’institution voie sa réputation ternie. «Cette vidéo essaie d’être cool à la manière d’une personne de 50 ans. Pourquoi ne pas faire plutôt un clip sur ce que les étudiants de l’EPFZ trouvent cool: comment fonctionne une pompe cardiaque?» s’interroge un étudiant.

Lire aussi: L’EPFL s’ouvre aux élèves sans diplôme

Déjà ébranlée par des accusations de harcèlement de doctorants et le départ de son président après un seul mandat, l’EPFZ répond aux critiques en précisant que «le clip a été financé par le budget communication. Il n’y a aucun lien avec l’augmentation des frais d’écolage». «Nous voulions faire une vidéo qui se démarque, qui divertisse et délivre du contenu en même temps. Nous avons choisi un clip de hip-hop dans lequel des rappeurs bling-bling rencontrent des étudiants très sérieux», explique sur son site l’institution, qui souligne avoir voulu manier l’humour et le second degré. «Si nous voulons attirer de nouveaux étudiants, nous devons faire en sorte que le nom de l’EPFZ soit connu.» Objectif atteint. Coût de l’opération: 160 000 francs. Et une risée.

Voir la vidéo: Grâce à un exosquelette de l’EPFL, les paraplégiques peuvent marcher

Publicité