Nuit

Dans les clubs zurichois, un code contre le harcèlement sexuel

En cas d’agression, les femmes pourront s’adresser au personnel de bars et clubs zurichois en demandant à parler à Luisa

«Luisa est-elle là?» ou «Isch d’Luisa da?» en VO: dans le monde de la nuit zurichoise, c’est le nouveau message codé pour les femmes qui auraient besoin d’aide en cas de harcèlement. Onze établissements de la capitale suisse de la nuit ont adopté cette mesure, lancée par le média local en ligne Tsüri.ch, avec le soutien de la commission des bars et des clubs de la ville.

Notre dossier: Harcèlement et agression sexuels, la loi du silence

Le principe: si une cliente est agressée ou se sent menacée, elle peut s’adresser au personnel avec cette accroche. On la conduira alors dans une arrière-salle, on appellera un taxi pour elle ou alors on informera la sécurité, en fonction de ses besoins.

L’objectif est davantage d’apporter de l’aide à une victime d’agression que d’identifier l’auteur

Une gérante de club zurichois

Une campagne en vigueur dans quarante villes en Allemagne

Pourquoi un signal codé? Car trop souvent, parce qu’elles ne savent pas comment en parler ou qu’elles redoutent d’attirer l’attention, des femmes renoncent à signaler une agression, répondent les promoteurs de la campagne. «Luisa» leur permet de se tirer d’une situation problématique de manière discrète. Des posters seront affichés dans les toilettes et les couloirs des bars ou clubs qui adoptent cette mesure, à laquelle peuvent aussi recourir les hommes. Une manière aussi de signaler que le harcèlement n’est pas toléré et de «créer un sentiment de sécurité» pour les usagers.

«L’objectif est davantage d’apporter de l’aide à une victime d’agression que d’identifier l’auteur», expliquait dans les médias la gérante d’un club au moment du lancement de la campagne à Winterthour, où une dizaine d’établissements ont déjà adopté cette mesure en automne dernier. L’idée a émergé au début 2017 en Grande-Bretagne, où les femmes peuvent demander «Angela». Elle a ensuite essaimé en Allemagne, où Luisa est connue dans la vie nocturne de près de quarante villes.

Dossier
Harcèlement et agression sexuels, la loi du silence

Publicité