En proposant un système cohérent d'évaluation des élèves pour toute l'école obligatoire, Fribourg fait œuvre de pionnier en Suisse romande. Pierre angulaire du projet de réforme, l'échelle unique d'évaluation a l'avantage d'offrir une vision claire des progrès de chaque élève tout au long de sa scolarité.

Reste que le débat public et politique est à peine amorcé. On sait les partisans du retour aux notes prêts à user de l'arme référendaire si le projet ne devait pas, d'une manière ou d'une autre, réintroduire la sanction chiffrée. En laissant les partenaires de l'école chercher eux-mêmes le consensus avant de trancher, Isabelle Chassot a certainement désamorcé une partie de ces risques politiques.

Mais si Fribourg trace sa propre voie, aussi originale soit-elle, le canton propose aussi une énième solution au problème de l'évaluation. Pourtant, le monde politique plaide pour une harmonisation intercantonale. Il se retrouve en situation d'échec. Le modèle fribourgeois exprime la vigueur de l'incohérence romande.