La Commission de la concurrence dispose d’indices selon lesquels quatre entreprises des cantons de Fribourg, du Jura, de Neuchâtel et de Vaud auraient conclu des accords de soumission, écrit-elle jeudi dans un communiqué.

Les entreprises sont soupçonnées d’avoir coordonné leurs offres et prix pour des adjudications publiques pendant plusieurs années. Plusieurs marchés publics pour l’entretien routier sont concernés. Il s’agirait en particulier de mandats d’enduits superficiels et de gravillonnage des routes.

L’enquête examinera s’il existe effectivement des restrictions illicites à la concurrence. «Une telle enquête dure généralement deux ans environ», précise la Comco. Avant de poursuivre: «Lorsque des entreprises s’accordent sur les prix à soumettre lors d’un appel d’offres ainsi que sur l’entreprise qui est censée remporter l’appel d’offres, elles forment un cartel de soumission illicite. Les cartels de soumission augmentent les prix, rendent les entreprises inefficaces et constituent une entrave à l’innovation. Ils nuisent ainsi tant à l’économie qu’aux pouvoirs publics.»

Relire: La Comco veut renforcer son arsenal