Les différents comités référendaires devaient remettre les signatures jusqu'à 18 heures. Les petits paquets rouges estampillés Démocrates suisses (DS) sont arrivés les premiers au Palais fédéral, peu avant 15h. Les cinq gros cartons de la Lega tessinoise ont suivi de peu. Trois quarts d'heure plus tard, le président des Jeunes UDC Erich Hess amenait les paraphes manquants, une trentaine de paquets blancs entassés dans sa voiture. A chaque nouvel arrivage, on calcule dans tous les sens. Pourquoi une triple livraison, comme les Rois mages? «Raisons techniques», assure le conseiller national UDC Lukas Reimann (SG), entouré d'une dizaine de jeunes, voire très jeunes démocrates du centre saint-gallois. «Ce matin encore, j'ai envoyé un membre à Genève, chercher les 600 signatures récoltées dans ce canton.»

Prenant la pose pour la photo, le président des DS, Bernhard Hess, exulte. Et se félicite du coup d'accélérateur de cette dernière semaine, qui a permis aux référendaires de récolter in extremis 7000 signatures. Au passage, l'ancien conseiller national bernois en a profité - une fois encore - pour critiquer l'UDC suisse et l'ASIN, «qui ne nous a pas donné son carnet d'adresses». Et assure qu'il y aura des suites.

«Déçu de Christoph Blocher»

Pascal Heidelberger, UDC saint-gallois de 17 ans, se dit «déçu du parti national et de Christoph Blocher, qui reste malgré tout un bon politicien».

Enfin, les frères Attilio et Giuliano Bignasca, respectivement conseiller national et président de la Lega, soulignent que 14300 signatures, soit près d'un tiers du total, ont été récoltées au Tessin. «Je table sur 65% de soutien au référendum au Tessin», note le second, devant le drapeau de la Lega représentant un Indien d'Amérique. Pour rappeler qu'aux Etats-Unis, les Indiens doivent à l'immigration le fait de vivre dans des réserves.