Soyons positifs! Malgré le marasme économique et les bruits de bottes, Urs Schwaller est venu annoncer aux Fribourgeois une bonne nouvelle. Le ménage de l'Etat s'améliore, les comptes ne s'écrivent plus en rouge. Le fragile équilibre est là, la dette baisse et les familles fribourgeoises pourraient bien recevoir leur avis de taxation avec un peu moins de dépit. Merci les plans d'économies, merci la BNS.

Reste que l'embellie risque de faire sortir de son repaire le démon dépensier. Plus ici, davantage là, les lobbies vont se chipoter pour un os à ronger à peine plus consistant qu'avant. Et ce ne sont pas les plus mal lotis qui sonnent déjà la charge. Regardez les enseignants fribourgeois qui vont débrayer aujourd'hui pendant deux heures. Question de salaires ou de confort. Urs Schwaller a rappelé, chiffres en main, la priorité accordée à l'école depuis dix ans. Et l'agitation corporatiste des enseignants de vous sembler soudain bien futile, presque incongrue au vu de l'actualité.