A peine sortis d'une crise horlogère ravageuse, les Chaux-de-Fonniers sont devenus chatouilleux lorsqu'on dit du mal de leur «métropole». Ils ont raison de se défendre et de réfuter les clichés de déprimés et de râleurs qu'on leur attribue abusivement. Emmenés par l'ancien conseiller d'Etat André Brandt, ils sont entrés dans une thérapie de groupe, destinée à tourner leurs regards vers l'avenir et à ne plus rêver au passé.

L'amour immodéré des Montagnes ne doit pourtant pas déboucher sur la défense nombriliste de la citadelle. Les avocats du Haut ont à l'inverse tout à gagner à jouer la carte de l'ouverture, pour revendiquer une place privilégiée au cœur d'une région qui s'emploie à valoriser son image.

Substituer l'austère formule d'Arc jurassien par l'américanisme Watch Valley n'est peut-être pas très heureux. Encore que le logo est vendeur, et c'est l'objectif premier! Mais il n'est pas fédérateur. Qu'on le remplace à l'interne par «Pays de la précision», et le tour sera joué! La dispute autour des formules doit cesser pour aller à l'essentiel: excentré et sans unité apparente, l'Arc jurassien doit faire bloc pour sortir la tête de l'eau. Le foyer de résistance chaux-de-fonnier mis à part, Watch Valley est en passe d'y parvenir.