Les stations des montagnes gruériennes, veveysannes ou singinoises sont chères au cœur des Fribourgeois. C'est sur ces pentes enneigées proches de leur lieu de résidence que la plupart d'entre eux ont appris à skier.

De nos jours, hélas, force est de constater que la neige fait de plus en plus défaut. Pour un hiver blanc comme celui de 2007-2008, on recense deux, voire trois saisons où les conditions de ski ne sont pas satisfaisantes. Certaines stations, comme celle de La Berra, tentent de pallier cette situation avec des canons à neige. Mais cela ne saurait être une solution à long terme. Outre leur mauvais bilan écologique, ils seront bientôt inopérants à cette altitude si le réchauffement climatique se poursuit. Tout indique que cela va être le cas.

Les Préalpes fribourgeoises, au charme authentique, sont certes un argument touristique que le canton doit exploiter. A ce titre, le projet de nouvelle télécabine du Moléson ne se discute pas. Cette station phare a su tôt diversifier son offre, notamment par une via ferrata et un observatoire qui ravissent un nombreux public en été.

Faut-il pour autant renouveler l'ensemble du parc cantonal de remontées mécaniques? La réponse est négative. Les différents acteurs doivent impérativement se mettre ensemble et définir des priorités. Il s'agit de former des pôles touristiques forts, plutôt que de laisser vivoter de petites stations endettées. Il en va de l'avenir du tourisme dans les Préalpes fribourgeoises.