Malgré un nom de baptême qui sent la panosse et les échauffourées qu'elle suscite, EVM n'est pas vraiment menacée. L'engagement méritoire des enseignants et la compréhension des parents ont permis à la réforme de s'installer, de se consolider un peu. Elle le fera d'autant mieux que les bourdes initiales de l'évaluation seront corrigées. Ce n'est pas le seul problème à régler, mais il est central.

Le diagnostic est moins optimiste à propos de Francine Jeanprêtre. Appelée mardi à défendre le cœur de son activité, la responsable de Formation et jeunesse s'est montrée louvoyante et peu convaincante. On l'a même entendue justifier le refus de montrer un audit de ses services à la commission de gestion parce que ses collègues du gouvernement n'auraient pas donné leur feu vert! Si c'est l'image que veut donner d'elle-même celle qu'on a déjà vue sous tutelle à propos de l'ouverture de classes supplémentaires, elle est piteuse.