La péréquation écologistes échappe-t-elle vraiment à tous les défauts de celle du Conseil d'Etat? Certainement pas. Elle semble d'abord permettre à ses concepteurs de n'avoir à se ranger ni avec les popistes et socialistes qui veulent le taux unique, ni avec la droite qui trouve EtaCom suffisant. Et quand des élections approchent, il n'est jamais mauvais de montrer sa différence.

Cela n'empêche pas le projet d'avoir des qualités, et d'abord celle de cibler le problème. Ce ne sont pas tous les contribuables qui créent les déséquilibres fiscaux, mais bien les très gros revenus et les très grosses fortunes. Au point, particulièrement choquant, d'être en mesure de dicter à la collectivité qu'ils rejoignent la pression fiscale qu'ils veulent bien supporter.

Les Verts montrent ici le bon chemin, celui d'un chantier d'impôt qui ne demande qu'à être ouvert à une échelle beaucoup plus large que celle du canton de Vaud. N'est-ce pas, Monsieur Ebner?