Il est encore diffus. Mais un électrochoc est en passe de dynamiter le ronron jurassien. En période de haute conjoncture, alors que tous les cantons romands produisent des bénéfices comptables, le Jura s'enfonce dans les déficits. Le nouveau ministre des Finances, le PDC CharlesJuillard, et le maire de Delémont, le socialiste Gilles Froidevaux, tirent la sonnette d'alarme.

Plus question d'ergoter: le Jura a un grave problème de déficit. Financier. Mais aussi structurel et politique. Le mauvais résultat comptable 2006 doit déclencher une prise de conscience et générer une volonté partagée de changement.

La ville de Delémont s'y attelle avec détermination. En fixant un judicieux double but: tailler dans le gras et l'inefficience administrative, et rendre les institutions plus dynamiques.

La démarche a valeur d'exemple. Pour les autres communes jurassiennes, qui ne cessent de pleurnicher et se liguent avec pathos pour défendre des acquis surannés et illusoires.

Réformes et fusions doivent se multiplier dans les deux ans. Pour le canton aussi. L'un des volets du programme de législature devra préciser comment dépoussiérer des structures inefficaces et trop coûteuses.

Il en va du sursaut d'un Jura empêtré.