Le commerce électronique est en plein essor. Il a augmenté de plus de 7% en 2014. Qu’ils se nomment Amazon, Ebay, Zalando, les consommateurs se servent toujours plus sur Internet, ce qui oblige ceux qui acheminent les marchandises commandées à inventer de nouvelles solutions de livraison. La Poste, qui espère «rester numéro un du marché dans un contexte de concurrence croissante», selon sa directrice Susanne Ruoff, n’échappe pas à la règle.

Deux ans après avoir lancé son offensive dans l’e-commerce, elle a présenté jeudi quelques innovations qui ont pour but de simplifier la vie des consommateurs et de fidéliser ses clients face à la concurrence. Elle propose un Login Poste unique. L’objectif est de permettre aux clients d’utiliser un seul code pour commander dans différentes boutiques en ligne. Cette prestation est proposée aux fournisseurs, qui restent libres de conserver, en parallèle, leurs propres codes d’accès. «Nous proposons un passe-partout électronique, mais il n’y a aucune exclusivité», insiste Dieter Bambauer, responsable de la division PostLogistics.

Choisir son heure de réception

Deuxième innovation: un cockpit d’envoi géré individuellement sera lancé sur la page internet de l’entreprise à fin novembre. Les clients peuvent y enregistrer et modifier leurs données, leur adresse de livraison ainsi que l’heure à laquelle ils souhaitent recevoir le colis commandé. Cette offre s’ajoute aux automates à colis, dont le réseau s’étoffe régulièrement, notamment dans les gares CFF.

En écho à ces innovations, La Poste juge nécessaire de développer son réseau de distribution et de flexibiliser son système de livraison. Elle va investir 60 millions supplémentaires dans les centres de tri des colis de Daillens, Härkingen et Frauenfeld, annonce Dieter Baumbauer. S’agissant de la remise des paquets à la clientèle, il est déjà possible de le faire le soir et le samedi.

Colis le dimanche

Il sera désormais possible de recevoir des colis le dimanche. Un test de distribution est effectué durant ce mois d’octobre à Genève, Lausanne, Zurich et Bâle. Mais, pour cela, La Poste doit faire appel à des partenaires privés. «La loi nous interdit de livrer le dimanche. Nous faisons donc appel à des transporteurs régionaux flexibles», ajoute Dieter Bambauer, qui précise, sans donner leurs noms, que «deux gros clients ont déjà manifesté leur intérêt pour cette solution».

Les livraisons dominicales ne sont pas les seules tâches que La Poste compte confier à des partenaires privés. Elle envisage également d’externaliser le transport interne des envois postaux entre ses différents sites de tri et de distribution, ce que Dieter Bambauer appelle la «dernière tranche». Une consultation est en cours avec les syndicats, qui ont entamé cette semaine une action de protestation contre ce projet. «Ce premier essai d’externalisation totale d’une part de la chaîne de distribution pourrait être le premier d’une longue série», s’inquiète Syndicom. A l’exception de l’acheminement dominical testé ce mois, ce sont toujours des véhicules jaunes qui livreront les colis au domicile des clients, assure cependant Dieter Baumbauer.

Une journée de mobilisation a eu lieu mardi, notamment à la poste de Montbrillant, à Genève, mais aussi à Delémont, Bienne et Boudry. Elle a précédé d’un jour une importante séance de négociation à propos de laquelle Dieter Baumbauer ne souhaite faire aucun commentaire pour l’instant. «Le processus est en cours», se contente-t-il de dire. Les syndicats estiment que la chaîne de distribution reste en main du personnel de l’entreprise afin de «garantir la qualité de la prestation». Ils craignent aussi une pression sur les salaires si les prestataires privés offrent de moins bonnes conditions. La semaine prochaine, les syndicats se mobiliseront pour exiger une convention collective de branche afin d’éviter toute pression sur les salaires. «Nous nous assurons que nos partenaires paient correctement leur personnel», anticipe Dieter Bambauer.