L'intervention du haut-commissaire des Nations unies pour les réfugiés, Ruud Lubbers, dans la campagne sur l'initiative «contre les abus dans le droit d'asile» a fait sortir l'UDC de ses gonds, mercredi. Selon ce parti «il est proprement inadmissible que des organisations internationales se permettent de prescrire au peuple suisse la manière dont il doit voter». L'UDC demande au Conseil fédéral de protester auprès de l'ONU contre cette intervention dans les affaires intérieures de la Suisse. «Si le peuple suisse vote oui à cette initiative, cela voudra dire qu'effectivement tout réfugié arrivant par voie terrestre en Suisse sera d'emblée rejeté», s'est inquiété le haut-commissaire. Comme la vaste majorité des réfugiés arrive en Suisse par la route, «nous aurons là un pays qui aura plus ou moins complètement fermé ses portes aux personnes fuyant la persécution». L'UNHCR reconnaît qu'un certain nombre de personnes tentent d'abuser du système d'asile comme moyen d'accéder au marché du travail et «soutient les efforts sérieux entrepris pour réduire de tels abus, à condition que ceux-ci ne compromettent pas l'accès à la protection pour les réfugiés sincères et authentiques».