C’est un ultimatum que la commune de Bagnes s’est elle-même fixé et qui est repris par l’expert mandaté par l’Etat du Valais dans le cadre de l’affaire des constructions illicites de Verbier. D’ici à la fin de l’année, elle doit avoir réglé l’entier de ce dossier, si elle ne veut pas que le Conseil d’Etat se substitue à elle.