Comptes 2015 

Les comptes bien maîtrisés et bénéficiaires du Jura

Le canton réalise un exercice remarquable, ponctué d’un bénéfice net de 18 millions (2% des revenus) et d’une diminution de la dette

2015 devait être une année financière compliquée. Malgré la mise en route du programme d’économies Optima, le budget d Jura présentait une perte de 4 millions. Puis est survenu, en janvier, l’abandon du taux plancher, faisant craindre une perte dans l’impôt des entreprises.

Le résultat des comptes est tout autre. Le ministre PDC Charles Juillard a présenté mercredi un bénéfice de 18 millions de francs, soit 2% des revenus. Non content d’autofinancer ses investissements, le Jura réduit sa dette de 12 millions à 318 millions.

Les raisons: le grand argentier n’avait inscrit au budget qu’une demi-part du dividende de la BNS, et elle a versé une double part, soit un bonus de 9 millions. L’amnistie fiscale avait pris fin le 31 décembre 2014, mais des dossiers déposés en toute fin d’année ont amené 8,5 millions dans la caisse cantonale en 2015. Au final, l’amnistie a fait ressortir plus d’un demi-milliard d’argent et rapporté, en cinq ans, près de 60 millions.

Optima, qui doit, en 2018, faire économiser 35 millions, n’a pas encore déployé tous ses effets. Il a réduit les charges de 11,3 millions en 2015, soit 80% des mesures planifiées. Les charges de personnel ont diminué de 5,2 millions de francs. «Et partout où nous avons la maîtrise, le budget est parfaitement tenu», se réjouit Charles Juillard.

Les efforts fournis auraient pu annihiler par les rentrées fiscales des entreprises. «Bonne surprise», dit Charles Juillard, elles n’ont certes pas atteint les prévisions, mais sont équivalentes à celles de 2014, à près de 52 millions. L’impôt des personnes physiques est en légère augmentation (+2,2%). Constatant que le recours à l’aide sociale et aux prestations complémentaires plafonne, Charles Juillard estime que le niveau de vie des Jurassiens est en hausse.

Les éléments de satisfaction ne font pourtant pas oublier à Charles Juillard qu’il reste des points noirs, comme le coût de la santé et en particulier des hospitalisations à l’extérieur du canton.

Pour éviter d’aiguiser l’appétit du parlement, le nouveau gouvernement a décidé de verser 17 millions dans un fonds pour «risques conjoncturels». Le programme Optima reste d’actualité, «ce d’autant que certaines mesures prendront plus de temps que prévu».

Certains députés s’étonneront de constater qu’un des objectifs d’Optima, consistant à réduire de 5% les effectifs de la fonction publique et des enseignants (de 1880 à 1800), n’est aucunement amorcé, puisqu’entre fin 2014 et fin 2015, le personnel a augmenté. «Les mesures Optima ont réduit l’effectif de 25,5 EPT, relève le ministre, mais il faut engager pour de nouvelles tâches.»

Fidèle à lui-même, et bien qu’il ait présenté à sept reprises des comptes positifs, contre trois déficits seulement, Charles Juillard, certes fier de maîtriser sa trésorerie, appelle à la prudence. «Les bons comptes de 2015 sont dus à des facteurs uniques. Sans eux et Optima, nous aurions un déficit de plus de 10 millions. Les perspectives peu encourageantes du budget 2016 sont confirmées.»

Publicité