Une rare vidéo du concert polémique

Le SonntagsBlick s’est procuré une vidéo du concert de groupes d’extrême droite qui a eu lieu à Unterwasser (SG) la semaine dernière. Les téléphones portables étaient pourtant interdits lors du rassemblement qui a attiré environ 5000 Néonazis dans le village du Toggenburg, les organisateurs souhaitant éviter ainsi toute poursuite judiciaire. Raté, clame le SonntagsBlick. La vidéo en sa possession montre le groupe Frontalkfraft présenter une chanson intitulée «Noire est la nuit», dont voici les paroles: «Noire est la nuit, pendant laquelle nous vous attraperons. Blancs sont les hommes, qui gagnent pour l'Allemagne. Rouge est le sang sur l'asphalte.» Cette vidéo pourrait servir la justice, estime le dominical alémanique.

La présidente de la Commission de la politique de sécurité du Conseil national, Corina Eichenberger (PLR/AG) voit dans les paroles de la chanson un «appel indirect à la violence», qui pourrait relever de l’article 259 du code pénal (provocation publique au crime ou à la violence), qui prévoit une peine de prison de trois ans au plus ou une peine pécuniaire.  

Fâché lui aussi, le conseiller fédéral Guy Parmelin affirme que ce type d’événements «n’a rien à faire en Suisse» dans Zentralschweiz am Sonntag et Ostschweiz am Sonntag. Comment faire pour empêcher de tels rassemblements? L’UDC vaudois parle de «responsabilité conjointe» entre la Confédération, les cantons et les communes. L’important est de sensibiliser les locataires de locaux susceptibles d’accueillir ce type d’événements, selon lui.

Lire aussi: Peut-on interdire un concert néonazi?

Projetée d'un coup sous le regard des médias, la fondation de cinq nouvelles sections du PNS, le Parti nationaliste suisse, a eu lieu hier à Kaltbrunn (SG) dans l’arrière-salle d’un restaurant. La NZZ am Sonntag  a dépêché un correspondant dans la localité. L’accès à la salle restant privée, le journaliste a scruté les alentours. Il note une forte présence policière... et médiatique, les journalistes étant plus nombreux que les militants du PNS eux-mêmes. La réunion s’est visiblement déroulée sans débordement. 

A ce sujet: L'extrême-droite suisse entre insignifiance et potentiel violen

Genève-Lausanne en train en 19 minutes?

Le Matin Dimanche développe l’idée, ressuscitée dans la Commission des transports du Conseil des Etats sous la houlette de son président Olivier Français (PLR/VD), de faire rouler nos trains plus vite. Plus précisément, il s’agirait de «corriger certains tronçons» entre Genève et Saint-Gall et entre Bâle et Zurich, afin que les CFF – dont les trains roulent aujourd'hui à une moyenne de 100 km/h pour des raisons non de capacité technique mais de sinuosité des parcours ferroviaires – puissent passer à la grande vitesse. Exemples du bénéfice pour les pendulaires: le trajet Lausanne-Genève serait réduit à 19 minutes avec des trains roulant à 200 km/h. Il ne faudrait plus que 46 minutes pour relier Berne à Zurich. Président de la commission et ingénieur, Olivier Français chiffre l’investissement nécessaire entre 25 et 30 milliards de francs. Il en rêve pour l’après 2030.  Et il n’est pas seul à en rêver: Paul Rechsteiner, l’influent socialiste saint-gallois, président de l’Union syndicale suisse, lui apporte son soutien.

Des prix variables... selon votre porte-monnaie

Et si, sans même le savoir, vous payiez plus cher pour les mêmes pralinés ou la même huile d’olive que votre voisine dans la file d’attente du supermarché? C’est le «Personal Pricing», la politique des prix dynamiques, modèle d’affaire qui atteint désormais le commerce de détail suisse. La NZZ am Sonntag relève que la Migros a lancé un projet pilote en ce sens en septembre dans trois de ses filiales, dont l'une dans le canton de Genève. Le principe? Votre profil de consommateur est dressé grâce aux données recueillies via votre carte cumulus. Un algorithme se sert de ces données pour estimer pour chaque article le prix que vous êtes prêt à débourser. Exemple pratique: vous n’achetez du café que de temps à autre? Un rabais conséquent, 20%, encourage votre consommation. En revanche, vous êtes prêts à mettre le prix pour de l’huile d’olive haut de gamme? Rien ne sert de vous offrir un rabais sur ce produit-là. Le «Personal Pricing» permettrait d’augmenter les marges de 10%.  

Jurisprudence sur le voile islamique au travail

L’histoire d’Abida, musulmane de Suisse renvoyée d’une blanchisserie bernoise pour avoir porté le foulard islamique, nous est contée par la SonntagsZeitung. Abida vient de gagner son procès contre son ancien employeur, avec l’aide du Conseil central islamique suisse de Nicolas Blancho. Le tribunal régional de Berne-Mittelland parle d’un licenciement abusif, s’appuyant sur la liberté de religion inscrite dans la Constitution fédérale. Cette décision fera jurisprudence, par rapport au port du voile dans des entreprises privées.