C’est ce que les Allemands appellent Das Unwort, littéralement «un non-mot», un mot qui nous sort par les oreilles. Généralement un néologisme; un mot dont le sens a été si détourné qu’il finit par signifier tout à fait autre chose. Ou par ne plus rien dire du tout, sinon pour masquer une réalité que plus personne ne veut voir.

Ainsi, le jury qui, en Allemagne, désigne Das Unwort de l’année, avait choisi Entlassungsproduktivität, la «productivité induite par les licenciements», en 2005. Si nous avions été Italiens, nous aurions sans doute eu droit à «bunga bunga», Français peut-être à «triple A» ou sûrement à «DSK», Grecs ou Espagnols cela aurait été «Merkozy».

Mais nous sommes Suisses et malheureusement il nous faut nous contenter de «concordance». Sur la signification duquel aucun spécialiste n’arrive à se mettre d’accord. Nous avons eu des heures de séminaire de sémantique aux Chambres fédérales sur le sujet, des livres savants ont été écrits pour en trouver le sens caché. En vain.

Concordance: «Le fait d’être semblable ou de correspondre aux mêmes idées, de tendre aux mêmes résultats», nous dit le dictionnaire Littré, qui ignore manifestement le concept de «concordance fédérale». Qui doit signifier tout à fait autre chose. On voit mal en effet la concordance physique entre Ueli Maurer et Doris Leuthard ou une «correspondance aux mêmes idées» entre Simonetta Sommaruga et Johann Schneider-Ammann.

A moins que par «concordance fédérale» on entende cette «relation entre deux vibrations sinusoïdales de même nature et de même période lorsque la différence de leur phase est nulle», selon notre dictionnaire en ligne.

C’est dans la géologie qu’il faut chercher le sens le plus approchant: «Succession régulière des couches.» Une succession régulière des couches, voilà bien la composition et la définition du Conseil fédéral.