neuchâtel

Les conditions du rachat de Xamax intéressent la justice

L’ancien président du club Sylvio Bernasconi va être entendu par le procureur

L’enquête ouverte contre Bulat Chagaev par le Ministère public neuchâtelois prend une nouvelle dimension. L’ancien président de Neuchâtel Xamax Sylvio Bernasconi sera entendu le 19 décembre, en qualité de témoin, par le procureur général neuchâtelois Pierre Aubert. «Nous procédons à quelques vérifications, confirme ce dernier. Les conditions dans lesquelles le club a été racheté et dans lesquelles les parties sont entrées en contact nous intéressent.»

Entendu par le Ministère public genevois le 24 novembre, Bulat Chagaev est prévenu de faux dans les titres, à Genève et à Neuchâtel. Les procédures portent sur deux faux documents à l’en-tête de Bank of America, censés attester de sa solvabilité, et produits devant la justice neuchâteloise. Pourquoi, dans le cadre de cette enquête, le Parquet souhaite-t-il entendre Sylvio Bernasconi? «Je n’en ai aucune idée, répond l’avocat de l’ancien président, Me Alexandre Zen-Ruffinen. Et je suis très surpris: Monsieur Bernasconi n’a rien à voir avec cette affaire, puisqu’il n’est plus le président de Xamax depuis longtemps. Je vais l’accompagner à cette audition pour savoir de quoi il retourne.»

Impossible donc, à ce stade, de savoir pourquoi le Ministère public a décidé d’élargir ses investigations. «Je ne vais pas vous dire ce que je vais demander à Monsieur Bernasconi», sourit le procureur Pierre Aubert. Et de conclure, sibyllin: «Les journalistes peuvent deviner que, quand on enquête sur un élément, on n’oublie pas qu’il y en a eu d’autres. Le but de cette audition a trait à quelque chose de plus général.»

Proposition à Bulat Chagaev?

Second nouvel élément dans le feuilleton xamaxien: Bulat Chagaev et Sylvio Bernasconi se sont rencontrés en toute discrétion avec leurs avocats respectifs, mercredi à Neuchâtel, révélait L’Express – L’Impartial dans son édition de jeudi. Quel était l’objet de cette rencontre? Selon nos informations, Sylvio Bernasconi aurait fait à son successeur une offre surprenante: il aurait proposé au Tchétchène de lui avancer de l’argent – plusieurs centaines de milliers de francs – pour peu que celui-ci s’engage à soutenir Xamax dans la durée et à fournir des garanties sur ses moyens de le faire. Une proposition qui serait restée pour l’heure sans réponse. Ni l’avocat de Bulat Chagaev, Me Jacques Barillon, ni celui de Sylvio Bernasconi n’ont souhaité confirmer cette information, Jacques Barillon indiquant que les parties se sont engagées à ne rien laisser transparaître de la réunion.

Alors que les joueurs attendaient toujours, jeudi au moins, leur salaire du mois novembre, l’hypothèse d’une avance de l’ancien président ne manquera pas de retenir leur attention.

Publicité