La Confédération ne sait pas combien d’électricité et de gaz sont actuellement consommés en Suisse, faute de données à jour, rapporte le SonntagsBlick. Elle ne peut donc pas déterminer si les mesures d’économie portent leurs fruits. En cause, le manque de numérisation du système.

Les opérateurs de réseaux relèvent certes les principales données de consommation au moins une fois par jour. Mais ces données ne parviennent à la Confédération que des mois plus tard. Le secteur de l’électricité transmet en effet les données au gestionnaire du réseau électrique suisse Swissgrid au plus tôt le dixième jour ouvrable du mois suivant. Et Swissgrid les envoie ensuite à l’Office fédéral de l’énergie (Ofen) avec un nouveau délai.

Le blanc dès juin dernier

La Confédération ne sait ainsi pas combien d’électricité a été consommée en juin dernier en Suisse. Il ne dispose de données fiables que jusqu’en mai. Or ce n’est que sur la base de chiffres actuels que l’on peut décider si les efforts d’économie sont suffisants ou si des restrictions, des interdictions ou, dans le pire des cas, des contingentements sont nécessaires.

La situation est encore pire pour la consommation de gaz. La Confédération ne reçoit là les données correspondantes qu’une fois par an.

Ce dimanche 19 septembre 2022: Un tiers de l’électricité consommée en Suisse pourrait être économisé

Un problème de numérisation

Le journal pointe notamment un retard dans la numérisation du système pour expliquer cette situation. Ainsi, de nombreuses entreprises locales d’approvisionnement énergétique ne sont pas en mesure de transmettre leurs données de façon automatisée.

Une information en temps réel est pourtant possible, constate le journal, comme le montre l’exemple de l’Allemagne. Dans ce pays, des portails en ligne du Spiegel et de Die Zeit permettent à la population de suivre l’évolution de la consommation au jour le jour.

Des progrès attendus d’ici la fin de l’année

La Confédération s’est emparée du problème. Elle planche sur la mise en place d’un suivi, qui devrait être opérationnel d’ici à la fin de l’année, selon l’Ofen.

Plus précisément, le mécanisme de surveillance actuellement en préparation devrait être opérationnel en novembre pour le gaz et en décembre pour l’électricité, précise l’Office, interrogé par l’agence ATS. Il permettra à la Confédération d’avoir des données fiables pour déterminer l’efficacité des mesures d’économie.

Lire aussi: Roberto Schmidt, ministre valaisan de l’Energie: «La Confédération dort»

Pouvoir détecter les moments critiques

Ces informations seront ensuite mises en lien avec la situation de l’approvisionnement en Europe et avec les données météorologiques. La consommation d’électricité dépend en effet aussi des températures et la Suisse est étroitement liée à l’Europe dans le domaine de l’électricité.

Selon l’Ofen, il sera possible de détecter les jours ou les heures critiques à l’avance et d’appeler de manière ciblée la population et l’économie à économiser l’électricité. A l’instar du tableau de bord utilisé pendant la pandémie, ces données seront également mises à la disposition du public de manière «facilement compréhensible».

D’ici 2027, la couverture en compteurs électriques intelligents devrait en outre atteindre 80%, alors qu’elle est encore inférieure à 30% aujourd’hui, ajoute l’OFEN.

Lire également: Les cantons romands s’organisent pour éviter une pénurie d’énergie