Le déficit de financement de la Confédération pour 2022 devrait être plus important que prévu. Budgétisé à 2,3 milliards, il devrait finalement s'élever à 5 milliards de francs, indique mercredi le Conseil fédéral en se basant sur les chiffres disponibles fin juin. Il est principalement lié aux dépenses extraordinaires engagées pour lutter contre le coronavirus (7,4 milliards). Le Parlement avait libéré une enveloppe extraordinaire de 9,1 milliards.

Selon les premières estimations, les enveloppes destinées à l'allocation pour perte de gain et les indemnités en cas de réduction de l'horaire de travail ne devraient pas être entièrement utilisées. Le gouvernement a également prévu des dépenses extraordinaires d'environ 900 millions pour l'accueil des réfugiés ukrainiens. Des recettes extraordinaires de 1,6 milliard sont attendues, dont 1,3 milliard proviennent de la BNS.

Lire aussi: Malgré la «fin» de la pandémie, les comptes fédéraux pourraient bien passer dans le rouge dès 2024

Rentrées en hausse

Le budget ordinaire de la Confédération devrait quant à lui reprendre des couleurs. Alors que le Conseil fédéral avait annoncé un déficit de 600 millions de francs, les comptes devraient boucler sur un excédent de financement de 700 millions. Ce résultat est notamment dû à des recettes ordinaires plus importantes en provenance de la TVA. Une baisse d'environ 500 millions est toutefois attendue au titre de l'impôt anticipé.

Côté dépenses, les suppléments et autres relèvements sont estimés à 1,6 milliard. Mais, de nombreux postes budgétaires ne sont pas entièrement utilisés et ces charges peuvent être contrebalancées par des soldes de crédits. Et le Conseil fédéral de citer en particulier un recul des dépenses pour les programmes de recherche européens, comme Horizon Europe, l'apport au fonds pour les routes nationales et le trafic d'agglomération et la recapitalisation de Skyguide. Un solde de crédits de 2,2 milliards est attendu. La baisse des dépenses ordinaires devrait s'élever à 600 millions. Mais les chiffres sont encore incertains, avertit le gouvernement. Les dépenses extraordinaires sont difficiles à évaluer.