Initiative

Congé paternité: pas de référendum en vue

Ni l’Union patronale suisse ni l’USAM n’ont envie de soumettre au peuple le congé paternité de deux semaines

C’est sûr à 99%, voire plus: il n’y aura pas de référendum pour combattre le congé paternité de deux semaines, un compromis que les Chambres ont approuvé fin septembre pour contrer l’initiative des quatre semaines. Les associations patronales, bien qu’opposées au projet, disent avoir d’autres priorités.

«Ce n’est pas nous qui lancerons le référendum», déclare le président de l’USAM et conseiller national UDC Jean-François Rime. La chambre de l’association des PME siège à fin octobre et le congé paternité ne figure pas à l’ordre du jour. A titre personnel, le Fribourgeois précise qu’il a voté oui au contre-projet au Conseil national après avoir discuté avec de nombreux jeunes UDC. «Le problème avec le congé paternité, c’est que beaucoup de jeunes papas à la tête de PME de quelques dizaines d’employés ne pourront pas le prendre», confie-t-il.

Lire aussi: L’heure du congé parental a sonné

La réforme de l’AVS plus importante

Pour sa part, l’Union patronale suisse (UPS) n’est pas davantage prête à monter au front. «Nous avons combattu le congé paternité, qui est une intrusion dans le mode de fonctionnement des entreprises», relève Marco Taddei à l’UPS. Après la décision des Chambres, les sphères dirigeantes ont tenu une première discussion. «Nous avons d’autres priorités qu’un tel référendum, à commencer par la réforme de l’AVS», ajoute Marco Taddei. Evidemment, le débat interne devrait être repris si une autre association ou parti devait prendre la responsabilité du référendum.

Lire aussi: Congé paternité: le Conseil national opte pour les deux semaines

Ce parti ne pourrait être que l’UDC, même si onze membres de sa députation au Conseil national ont approuvé le contre-projet. «Nous n’avons pas pris de décision et réfléchissons encore», lâche laconiquement son secrétaire général Emanuel Waeber. Mais il est évident que l’UDC ne partirait qu’après s’être assurée du soutien actif des associations patronales qui, on l’a vu, sont loin d’être enthousiastes.

Les Jeunesses socialistes se déchirent

Du côté des partisans d’un congé paternité de quatre semaines, certains milieux de gauche ont regretté le retrait de l’initiative, jugeant un congé de dix jours «largement insuffisant». C’est le cas de quelques membres des Jeunesses socialistes de Berne, qui ont pris à partie le président du comité d’initiative Adrian Wüthrich (PS/BE), par ailleurs candidat à sa réélection au Conseil national. Dans un communiqué, ils ont même recommandé de biffer son nom sur la liste socialiste, estimant qu’il avait «trahi le but de l’initiative en se ralliant à un faible compromis». Quelques heures plus tard pourtant, le comité directeur de ces mêmes Jeunesses socialistes a rétropédalé. Il a prié les médias d’oublier son communiqué, celui-ci étant le fruit d’un «gros malentendu interne en matière de compétences».

Publicité