L’homme a passé l’heure et demie de la pause immobile, seul, assis sur un banc. Il a le regard dans le vide et les bras fermement croisés sur une jaquette de sport beaucoup trop petite pour sa corpulence. Ses baskets sont vieilles, tout comme son jeans délavé. Ses verres de lunettes sont épais. Le quinquagénaire ne se relève qu’avec grande peine pour se rendre à la reprise de son procès, la faute à des maux de dos chroniques. Devant le Tribunal criminel de l’arrondissement de la Broye et du Nord vaudois, il se décrira comme «un ours très gentil». Il y a cinq ans, il horrifiait la Suisse romande.