Il faut quitter les abords de la zone industrielle nyonnaise pour se retrouver en un instant dans la campagne vaudoise et emprunter une route sinueuse menant à la célèbre Haute Ecole de viticulture et œnologie de Changins. Vestige d’un style architectural des années 70, les bâtiments aux faux airs de complexe militaire se fondent au milieu de la brume de janvier. Et pourtant, les futurs grands noms du vin se retrouvent sur les bancs de cette institution entièrement dédiée au raisin. A sa tête depuis treize ans, Conrad Briguet règne ici sur un monde viticole estudiantin en pleine mutation.