Genève

Le Conseil d’Etat genevois publie ses frais 2014-2018

Selon le décompte rendu public, Pierre Maudet est un gros consommateur de données numériques et Antonio Hodgers ne boude pas la compagnie des chauffeurs de taxi

«Le Conseil d’Etat genevois a souhaité faire preuve de transparence.» C’est par ces mots qu’Anne Emery-Torracinta, vice-présidente du gouvernement cantonal, a présenté à la presse le tableau des frais effectifs des membres du Conseil d’Etat pour les années 2014 à 2018. «Nous n’avons rien à cacher. Les citoyens ont le droit de connaître ces dépenses», a souligné la socialiste.

Cette volonté de transparence fait suite à la publication, à l’automne 2018, d’un rapport accablant de la Cour des comptes portant sur les frais des conseillers administratifs en ville de Genève. L’enquête avait notamment mis au jour des excès dans les dépenses liées à la téléphonie mobile et à l’utilisation excessive de taxis. Le Conseil d’Etat avait déjà publié, fin novembre 2018, les chiffres concernant les années 2017 et 2018 (jusqu’au mois d’octobre). Ces données brutes ne disent évidemment rien du bien-fondé des dépenses qu’elles recouvrent.

Une chancelière voyageuse

Le premier constat, en découvrant les chiffres cantonaux, est que l’ancienne chancelière avait une conception très extensive de son rôle, dont l’essentiel est de garantir le bon fonctionnement des institutions et d’assurer le bon déroulement des opérations de vote. En dehors des déplacements liés à des missions économiques, c’est elle, en effet, qui a généré le plus de frais de voyages (avion, train, hôtel) dans les années 2014 à 2017. L’actuelle chancelière, qui a pris ses fonctions au 1er juin 2018, a rompu avec cette tradition.

Lire aussi: L’inconséquence de certains élus dans la gestion de leurs dépenses

Pierre Maudet est le plus gros consommateur de données numériques (téléphone, iPad, ordinateur portable) avec un pic à 12 486 francs en 2016, année durant laquelle il a assuré plusieurs missions économiques à l’étranger (Iran, Moscou, Israël). Il est également celui qui apprécie le plus la compagnie des chauffeurs mis à la disposition des conseillers d’Etat: 264 courses en 2015 contre 99 pour François Longchamp, alors président.

Scooter contre taxi

Dans la mobilité toujours, notons la frugalité de Mauro Poggia qui, depuis le 1er janvier 2014, a facturé une seule course de taxi et cinq déplacements avec chauffeur. L’homme fort de l’actuel gouvernement cantonal affirme préférer son scooter. Motard lui aussi, l’ancien magistrat Luc Barthassat n’en aimait pas moins les voitures avec chauffeur (il est le dauphin de Pierre Maudet en la matière) et les taxis (champion 2016 et 2017).

Le Vert Antonio Hodgers semble, lui aussi, apprécier le taxi. En 2014 (86 courses) et en 2015, l’actuel président du Conseil d’Etat est celui qui avait fait le plus grand nombre de courses.

Publicité