Ça bouge du côté du PDC fribourgeois. A sept mois des élections cantonales, la section de la Ville de Fribourg présente un candidat au Conseil d'Etat au profil intéressant: Jean-Pierre Siggen, directeur de l'Union patronale du canton.

D'origine valaisanne, marié, trois enfants, ce licencié en droit et en science économique connaît bien les arcanes du monde politique. Après avoir transité par l'Union suisse des arts et métiers à Berne, il a œuvré dans l'état-major des conseillers fédéraux Flavio Cotti, puis Joseph Deiss.

Un «battant»

Se décrivant comme «un battant qui cherche des solutions aux problèmes plutôt que de gloser», Jean-Pierre Siggen, de son propre aveu, se situe à la droite du PDC.

Sensible, évidemment, aux aspirations des milieux économiques (en particulier les PME), il revendique en outre clairement le «C» qui trouble tant les esprits au sein de son parti: «L'enracinement chrétien est à mon sens l'élément central qui permet de trouver le juste équilibre entre l'efficacité nécessaire aux entreprises et le respect de l'être humain», déclare-t-il.

Sa candidature doit certes encore être avalisée par le parti cantonal, dont il est vice-président. Il ne fait toutefois guère de doute qu'il figurera sur la liste commune PDC-PLR, en compagnie des sortants Beat Vonlanthen, Isabelle Chassot et Claude Lässer, ainsi que du Gruérien Pierre-André Kolly, et du préfet de la Glâne Jean-Claude Cornu. Entre ce dernier et Jean-Pierre Siggen, du reste, la course semble engagée pour s'emparer du fauteuil de Michel Pittet, qui quittera le gouvernement après quinze ans de fonction.