Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
La ville de Vevey.
© FABRICE COFFRINI/AFP PHOTO

Vaud

Le Conseil d’Etat vaudois ouvre une procédure de suspension contre un municipal veveysan

Lionel Girardin est soupçonné de conflit d’intérêts. La Fondation Apollo, présidée par le socialiste, a pour sa part indiqué qu’elle entreprenait des démarches judiciaires pénales et civiles

Nouvel épisode dans l’affaire mettant en cause Lionel Girardin: le Conseil d’Etat a décidé d’ouvrir une procédure de suspension à son égard. Il dit ainsi répondre à une demande de la municipalité de Vevey.

Le gouvernement songe par ailleurs à aller plus loin. En l’absence du principal intéressé, arrêté pour raisons médicales, «des récusations de membres de la municipalité sur certains dossiers et constatant l’impossibilité pour l’exécutif de remplir ses missions», le Conseil d’Etat indique vendredi envisager de repourvoir le siège provisoirement vacant «pour autant qu’il le reste».

Lire aussi: La municipalité de Vevey demande la suspension d’un de ses membres

Un audit demandé

En tant qu’autorité de surveillance des communes, le gouvernement a en outre décidé de confier un mandat pour la réalisation d’un audit. Ce dernier doit se pencher sur les rapports de travail entre les membres du collège veveysan et les cadres de l’administration communale.

Dans un communiqué envoyé presque simultanément vendredi, la Fondation Apollo informe pour sa part qu’elle entreprend des démarches judiciaires pénales et civiles à l’encontre de son président, Lionel Girardin, pour l’heure suspendu.

Dans le cadre de ses fonctions à la tête de la Fondation Apollo, active dans le logement social, le municipal socialiste est soupçonné d’avoir confié des mandats rémunérés à des proches et d’exercer au sein de la structure un travail rémunéré via sa propre société. Ce qui est en principe interdit pour les fondations d’utilité publique exonérées d’impôts.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a