Des mesures devraient être prises rapidement en faveur des médecins généralistes. En attendant, le Conseil des Etats a rompu une lance lundi en direction de cette profession. Il a adopté sans opposition un contre-projet direct qui colle davantage aux exigences de l’initiative populaire «Oui à la médecine de famille», rapporte l’ATS.

La médecine de famille est victime d’une pénurie. Cette profession doit affronter des difficultés dans la formation et l’exercice au quotidien et souffre d’un manque de reconnaissance, a relevé Liliane Maury Pasquier (PS/GE). Pour y répondre, les généralistes ont lancé une initiative populaire «Oui à la médecine de famille».

Pour les sénateurs, la voie choisie n’est toutefois pas la bonne. Plutôt que de modifier la constitution, il faudrait agir sans attendre, a relevé Christine Egerszegi (PLR/AG). Les services d’Alain Berset élaborent actuellement un plan directeur. Tous les acteurs de la santé ont été invité à participer. Le but est de chercher des solutions avec les médecins et de leur démontrer clairement que leurs préoccupations sont prises au sérieux, a affirmé le conseiller fédéral.