Ce n’est pas le moment de rajouter une crise institutionnelle à la crise sanitaire actuelle, a considéré ce vendredi le Conseil fédéral. «Dans des cas exceptionnels», il autorise les cantons à prendre des mesures plus restrictives pour lutter contre la propagation du virus. La décision devrait mettre fin au conflit qui l’opposait au Tessin depuis une semaine. Pour rassurer les citoyens sur le point de déménager, l’exécutif a par ailleurs décidé que, tant que les prescriptions de l’OFSP pouvaient être suivies, changer de logis demeurait possible.

«N’allez pas au Tessin à Pâques»

Mais avant tout, a répété Alain Berset, conseiller fédéral chargé de la Santé, «il faut poursuivre l’effort. Plus de 12 000 personnes ont été testées positives à ce jour et nous ne sommes même pas à la moitié du marathon.» Alors que les beaux jours approchent – et à dix jours du week-end de Pâques – le Fribourgeois a mis en garde contre tout relâchement: «Nous constatons que les règles de distanciation et d’isolation sont bien respectées jusqu’ici, il faut que ça continue. Ceux qui passent habituellement leur week-end de Pâques au Tessin, merci de ne pas le faire cette année.» D’autant que le canton transalpin a actuellement 470 cas par 100 000 habitants, a-t-il ajouté, un chiffre trois fois supérieur à la moyenne suisse (qui est de 145 cas par 100 000).

C’est cette «situation particulière» qui a conduit le Conseil fédéral à lâcher du lest. Alors que, ce mercredi encore, Alain Berset soulignait que les fermetures des chantiers et entreprises prononcées dans le canton italophone n’étaient «pas satisfaisantes», il a manifestement mis de l’eau dans son vin: «Si, de manière cumulative, le système de santé d’un canton arrive à saturation et qu’une branche économique ne peut pas respecter les mesures de prévention de l’OFSP, ce canton peut ordonner l’arrêt complet des activités au sein de cette dernière.»

Comme pour mettre en garde les autorités régionales de ne pas prendre de décision hâtive, le conseiller fédéral a cependant fermement précisé que, «dans l’état actuel des choses, seul le Tessin remplissait ces conditions». Pour finir par une bonne nouvelle, Alain Berset a par ailleurs révélé que les dépistages étaient en nette augmentation dans le pays – environ 8000 par jour. Sans toutefois articuler la moindre estimation sur une date de sortie de crise.

Les Suisses pourront terminer leurs cartons

Point particulièrement pratique également soulevé ce vendredi: les 50 000 personnes – chiffre estimé par la Confédération – en train de terminer leurs cartons pourront bien déménager au 31 mars. «Ceci pour éviter une cascade d’annulations», a souligné le conseiller fédéral chargé de l’Economie, Guy Parmelin. Les règles d’hygiène et de distance doivent cependant être respectées. Pour donner un peu plus de temps aux locataires en mal de liquidités – en espérant une sortie de crise prochaine –, le Vaudois a également annoncé que la période légale prévue pour payer ses arriérés de loyer serait prolongée de 30 à 90 jours.