La Suisse compte 841 lits de soins intensifs, dont 263 sont actuellement occupés par des patients Covid. Ce chiffre pourrait monter à 300 mi-décembre, «seuil à partir duquel il n’est plus possible de garantir une offre de soins optimale à tous les patients hospitalisés», précise le Conseil fédéral. Pour éviter que la moitié des capacités hospitalières ne soient remplies de malades du Covid à Noël, le gouvernement a décidé ce vendredi de mettre deux nouveaux paquets de mesures en consultation. Les cantons et les milieux concernés ont jusqu’au 14 décembre pour se prononcer.

Les discothèques pourraient devoir fermer

Le premier, le plus «light», prévoit l’extension de la règle des «2G», autrement dit la restriction de l’accès intérieur aux seules personnes vaccinées ou guéries. Tous les établissements culturels, de sport ou de loisirs et les manifestations devraient suivre cette obligation. Les consommations ne s’effectueraient plus qu’assis dans les restaurants, qui pourraient toutefois décider d’appliquer la règle des 2G +, qui demande un test négatif supplémentaire – et permet de consommer debout. Dans les lieux où la consommation assise ne semble pas possible, comme «en discothèque, pour certaines activités sportives et culturelles de loisirs telles que les répétitions de chant ou les fitness», le 2G + serait nécessaire en tout temps.

Retrouvez notre suivi en direct des réactions aux nouvelles mesures

La deuxième variante, plus restrictive, prévoit elle aussi une règle des «2G» avec port du masque obligatoire. Contrairement à la première variante, elle prévoit cependant de fermer les endroits où il n’est pas possible de porter le masque, notamment les espaces intérieurs des restaurants, les centres de fitness, les discothèques et les bars. Il ne serait plus non plus possible de boire ou de manger dans les stades fermés. Les activités sportives, culturelles ou de loisirs qui se pratiquent à l’intérieur resteraient autorisées si les personnes peuvent porter un masque. Elles le resteraient «de toute façon» pour les jeunes de moins de 16 ans.

En complément de ces deux variantes, une «série de mesures de base» est proposée par le Conseil fédéral, notamment concernant les réunions familiales. Celle-ci prévoit que, «dès lors qu’une personne non vaccinée de plus de 16 ans y participe», les rencontres privées puissent être limitées à 5 personnes, «enfants compris». Si «de nouvelles fermetures devaient intervenir», les rencontres privées seraient cependant limitées à cinq personnes «indépendamment du fait que les personnes soient immunisées ou non». Le gouvernement remet aussi sur la table l’obligation de travailler à domicile, suggère d’imposer le port du masque au niveau secondaire II dans tout le pays et propose de réintroduire l’enseignement à distance dans les universités et les hautes écoles (les examens pourraient cependant avoir lieu sur place).

«Un signal de ce qui pourrait encore être fait»

Lors de sa séance, le Conseil fédéral précise encore avoir «évoqué» la possibilité d’une troisième variante largement plus stricte, qui envisage la fermeture de l’ensemble des espaces intérieurs, qu’ils soient culturels, sportifs ou de loisirs et l’interdiction des salons professionnels et grandes manifestations en intérieur.

Les commerces, les restaurants des hôtels (pour leurs clients) et les prestataires de services (salons de coiffure, banques, postes) ne seraient toutefois pas fermés et des exceptions seraient possibles, notamment pour les manifestations religieuses ou politiques «jusqu’à 50 personnes» ainsi que «dans le secteur professionnel du sport et de la culture» et «les activités sportives et culturelles des jeunes de moins de 16 ans». Cette proposition n’est pas officiellement «en consultation» a précisé Alain Berset, qui l’a définie comme «un signal de ce qui pourrait encore être fait si les autres règles ne suffisaient pas».

«Rester modérément optimiste»

A l’issue d’une conférence de presse tendue – et concernant toutes les propositions évoquées ci-dessus – Guy Parmelin a tenu à instiller un peu d’espoir: «Il faut rester modérément optimiste, dit le président de la Confédération. Ces nouvelles mesures pourraient ne pas être nécessaires». A l’heure actuelle, elles sont cependant toutes envisageables. Les décisions tomberont mardi prochain.