C’était la grande question: face au sentiment de ras-le-bol généralisé ressenti au sein d’une grande partie de la population, le Conseil fédéral pouvait-il renoncer à déclencher la deuxième étape du déconfinement? La réponse est vite tombée: non! Ce vendredi, le gouvernement a mis en consultation un nouveau train de mesures d’assouplissement pour le 22 mars, dont la réouverture très attendue des terrasses des restaurants, qui resteront pourtant fermés à l’intérieur. Pourtant, il n’a pas caché que la situation restait «fragile et instable» sur le front épidémiologique. Il a même admis qu’il fallait s’attendre à une troisième vague.

Lire aussi: