L’élection au Conseil fédéral n’est pas très différente d’un jour de marché. Au lieu de soupeser, palper et goûter des fruits et légumes, on examine les candidats sous l’angle gustatif, avec des exigences variées suivant les consommateurs, c’est-à-dire les partis représentés à l’Assemblée fédérale. Ce week-end, les Vert·e·s et le PLR posent leurs conditions.