Le Conseil fédéral ne revient pas sur les engagements qu’il a pris. Il confirme sa volonté de soutenir les projets qui permettront de désengorger les agglomérations et le réseau autoroutier. Il a décidé mercredi de libérer dans ce but deux tranches de, respectivement, 1,5 et 1,36 milliard de francs. Ces montants doivent permettre de réaliser les projets jugés prioritaires pour rendre la mobilité plus fluide en Suisse. Ces sommes seront en principe débloquées à partir de 2011 et permettront de financer les projets retenus dans la phase de réalisation allant jusqu’en 2014.

Mais avertit, le Conseil fédéral, rien ne dit que cela se passera comme prévu. Il rappelle, dans le message qu’il transmet au parlement à propos des investissements dans le réseau autoroutier, qu’«une réduction sensible des prochains versements annuels dans le fonds d’infrastructure n’était pas à exclure. La réalisation des projets énumérés dans le message pourrait ainsi être retardée.» Un avertissement qui fera sans doute des gorges chaudes, tant les projets sont jugés urgents par les cantons qui les défendent.

Devnt les médias, Moritz Leuenberger n’a pas caché que des retards sont probables. «Si cet apport est bloqué, il faudra reporter certains projets», a souligné mercredi le ministre des transports. Les versements au fonds sur lequel se base le financement des deux volets doivent être approuvés chaque année par le Parlement dans le cadre du budget. Cette pratique peut constituer une épée de Damoclès à l’heure où la Confédération veut économiser 1,5 milliard par an entre 2011 et 2013, a averti le conseiller fédéral. Il n’a pas voulu faire de pronostics sur les projets potentiellement menacés. Une assurance toutefois: des travaux ne seront pas interrompus en cours de route. En cas d’empêchement financier, les retards se traduiront par le report du début d’un chantier.

La liste des projets n’a que très peu varié depuis la présentation de l’avant-projet en décembre dernier. En Suisse romande, voici ce qui est prévu dans la phase de réalisation 2011-2014. Pour le réseau autoroutier, l’accent sera mis sur le contournement de Lausanne, à la hauteur de Crissier. 120 millions sont prévus à cet effet. Une seconde tranche de 100 millions pourrait suivre après 2015, date à laquelle 175 millions pourraient aussi être investis dans le secteur Le Vengeron-Coppet, entre Nyon et Genève.

Les projets prioritaires dans les agglomérations romandes sont les suivants: réseau REV (Cossonay, Bussigny, Cully), nouvelle halte ferroviaire à La Chaux-de-Fonds (station Morgarten), amélioration de la capacité de la ligne RER Coppet-Genève, axe Renens-Lausanne, tram Cornavin-Onex-Bernex, extension du tram Moillesullaz-Annemasse, amélioration du réseau des TL (Lausanne, Morges), interface de transports publics à Saint-Blaise (NE), amélioration des connexions entre le CEVA et les autres lignes autour de Genève, giratoires à Neuchâtel et à Delémont, concepts de mobilité douce à Lausanne, Neuchâtel, Yverdon, Genève et Delémont, aménagements urbains à Bulle, etc.