Argent Propre

Le Conseil fédéral recale la stratégie de Widmer-Schlumpf

Un document concernant l’argent non déclaré devait être présenté aujourd’hui à Berne. Or, soutenu par les réticences du milieu bancaire, le Conseil fédéral l’aurait refusé

Le Conseil fédéral refuse la stratégie de l’argent propre avancée par la ministre des Finances Eveline Widmer-Schlumpf. «Le Conseil fédéral a mené une première discussion sur le rapport», s’est contenté de déclarer mercredi André Simonazzi, porte-parole du gouvernement – ce qui signifie qu’il ne l’a pas approuvé. Aucun consensus ne s’est dégagé au sein du gouvernement car «le dossier n’était pas mûr», résume une source au fait des discussions.

Avec un bon mois de retard sur le calendrier prévu, Eveline Widmer-Schlumpf devait présenter aujourd’hui à ses collègues du Conseil fédéral une «vue d’ensemble de la politique des marchés financiers». Selon des informations de la presse dominicale, les clients étrangers des banques suisses se verraient imposer une obligation de déclaration fiscale indiquant que leurs avoirs sont dûment imposés, à partir de 30 000 voire 20 000 francs.

Les banques elles-mêmes seraient contraintes d’annoncer à l’autorité de lutte contre le blanchiment d’argent les montants déposés dans leurs coffres dont elles soupçonnent qu’ils sont soustraits au fisc et peuvent être constitutifs d’évasion fiscale. Eveline Widmer-Schlumpf aurait aussi songé à créer une commission de surveillance de la place financière.

Or, toujours selon la presse dominicale, le milieu bancaire aurait déjà formulé de fortes réticences. Avec un seuil de 30 000 francs, on étouffe la place financière, atteste un banquier genevois.

Publicité