Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
«Le gouvernement est en train de rater un tournant», selon la conseillère nationale Verte Lisa Mazzone.
© Gaetan Bally/KEYSTONE

Initiative populaire

Le Conseil fédéral rejette l’interdiction des pesticides de synthèse

Le prix d’une mise au ban des pesticides de synthèse en Suisse est trop lourd à payer, considère le Conseil fédéral. Un «tournant raté» pour les écologistes

«Non», dit le Conseil fédéral à l’initiative populaire «Pour une Suisse libre de pesticides de synthèse». Déposée en mai par un collectif citoyen, la proposition réclame leur interdiction dans l’agriculture, la transformation des produits agricoles et l’entretien du paysage. Elle veut également prohiber l’importation vers la Suisse de denrées dont la production a nécessité de tels produits, ou qui en contiennent.

Une proposition qui irait trop loin

L’initiative «limiterait trop fortement la marge de manœuvre du secteur agroalimentaire et de l’agriculture suisses», dit le gouvernement. De plus, ajoute-t-il, «la qualité des denrées alimentaires serait menacée, la production indigène diminuerait, l’offre serait moins variée, le choix des consommateurs serait plus limité et le tourisme d’achat augmenterait». L’interdiction d’importer serait en outre contraire à la réglementation de l’Organisation mondiale du commerce et aux accords de libre-échange en vigueur, indique le Conseil fédéral.

Aucun contre-projet n’y a été opposé par les sept Sages, qui estiment qu’à l’instar de l’initiative «Pour une eau potable propre et une alimentation saine» – également refusée sans contre-proposition – les mesures actuellement en consultation dans le cadre de la stratégie agricole 2022 se penchent déjà sur la question.

L’argumentation générale du gouvernement reprend également de manière similaire celle déployée pour s’opposer aux initiatives citoyennes «Pour des aliments équitables» et «Pour la souveraineté alimentaire», soumises au peuple le 23 septembre prochain.

Les écologistes incompris

«Le gouvernement est en train de rater un tournant», selon la conseillère nationale Verte Lisa Mazzone (GE). «Quatre initiatives citoyennes qui se préoccupent du contenu de notre assiette, cela montre pourtant bien l’intérêt des gens pour cette thématique», déplore l’écologiste.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a