politique agricole

Le Conseil fédéral rétropédale sur la recherche agricole

Les Agroscopes suisses devaient être centralisés, il n’en sera rien. La pression exercée par le monde agricole a fait plier le gouvernement

Le Conseil fédéral a annoncé vendredi avoir trouvé «une solution optimale» sur la recherche agronomique. A l’avenir, celle-ci sera effectuée par un campus de recherche central à Posieux (FR), deux centres de recherche régionaux à Changins (VD) et à Reckenholz (ZH) et plusieurs petites stations d’essai décentralisées. En bref, le gouvernement revient sur sa décision de tout centraliser à Posieux pour retrouver la situation initiale, agrémentée de quelques changements.

La valse des centres de recherche

En mars dernier, le Conseil fédéral annonçait brutalement la réunion des trois centres de recherche agronomique fédéraux à Fribourg d’ici à 2028. Le but: «économiser de l’argent» – 40 millions de francs – et «stimuler les synergies». Les parallélismes entraînent des coûts d’exploitation trop élevés, soulignait le gouvernement.

La mesure provoque un tollé, et beaucoup d’incompréhension. Le tout nouveau centre de recherche de Changins – dont le coût a avoisiné les 100 millions de francs – est par exemple destiné à être réaffecté. Pour le remplacer, il faudrait recréer un nouveau bâtiment à 100 millions de francs… à Posieux. En outre, des centaines de places de travail sont menacées. La colère gronde et les interventions parlementaires pleuvent.

L’USP divisée

Elles auront manifestement eu raison du projet de réforme du Conseil fédéral, qui décide de conserver ses trois centres tout en promouvant tout de même le campus de Posieux, où tout devait être centralisé. La mise en œuvre de cette nouvelle variante devrait permettre d’économiser 16 millions de francs. «Les fonds dégagés seront investis directement dans la recherche agricole», précise le gouvernement.

A l’Union suisse des paysans (USP), qui avait vivement critiqué le projet initial, ce revirement ne ferait pas l’unanimité. «Cette nouvelle mesure sera discutée lors d’un comité directeur lundi prochain», a annoncé le directeur de l’USP, Jacques Bourgeois (PLR/FR). Alors que l’un des deux centres romands est couronné leader, la station de recherche alémanique de Reckenholz se retrouve quelque peu déclassée, ce qui ne ravirait pas tous les membres alémaniques de la faîtière agricole.

Publicité