La flotte de l’exécutif devrait subir un lifting. «Rien à voir avec les récentes pannes», assure le Département de la défense, qui indique que ses avions fonctionnent bien, malgré les problèmes techniques ayant empêché Ignazio Cassis de rencontrer le ministre des Affaires étrangères chinois en novembre dernier, Guy Parmelin de voir l’empereur Naruhito en juillet et Simonetta Sommaruga de rentrer de Londres comme prévu en décembre. L’avenir de la flotte suisse est à redéfinir, cependant le sort d’un appareil est déjà scellé: le Pilatus, que personne n’apprécie.