Il était annoncé de longue date, il est enfin là: le compte Instagram du Conseil fédéral. A l’occasion d’un premier post partagé lundi matin – une vidéo mettant en scène les sept membres du gouvernement dans leurs activités journalières sous-titrée de mots clés comme «gouvernement», «formule magique» ou «concordance» – l’exécutif suisse invite la population à le suivre sur ce nouveau média.

L’objectif est triple, souligne la Chancellerie: «développer les moyens audiovisuels du Conseil fédéral», «atteindre les pans de la population qui s’informent sur les réseaux sociaux» et «renforcer la communication avec l’étranger». La vitrine en trois langues s’inscrit dans une nouvelle stratégie de communication qui emploiera dix collaborateurs supplémentaires au sein de l’administration suisse pour un budget maximum incluant bureaux, salaires et charges sociales d’environ 1,8 million de francs par an.

En 2018, 80% des gouvernements avaient Instagram

«C’est vrai, il a fallu du temps. Mais mieux vaut tard que jamais.» Chef suppléant de la Section communication de la Chancellerie fédérale, Urs Bruderer admet que la Suisse n’a pas été particulièrement véloce sur ce coup. Le compte ouvert ce jour est accompagné d’un communiqué qui ne fait que renforcer cette impression, puisqu’il souligne qu'«en 2018, plus de 80% des gouvernements des pays de l’ONU avaient déjà un compte Instagram». Face à cette constatation, la Commission de gestion du Conseil national (CdGN) invitait déjà le Conseil fédéral à «examiner les modalités d’utilisation des réseaux sociaux par l’administration fédérale et à mettre en évidence les avantages spécifiques de ces outils pour les relations publiques de la Confédération» dans un document daté d’octobre 2019.

En 2021, après avoir pesé le pour et le contre, 24 pages de rapport mettent en évidence la «transformation du paysage médiatique», «l’influence croissante des médias sociaux sur la formation de l’opinion», le fait que l’écrasante majorité des gouvernements internationaux soit présente sur la plateforme et conclut que, vu que 33% de la population suisse utilise Instagram, dont 82% des 15 à 24 ans, «les médias sociaux offrent de nouvelles chances au Conseil fédéral et aux départements pour passer leurs messages à la population». Enfin ce 10 octobre, c’est fait: les sept Sages sont sur «Insta», qui s’ajoute à ses autres canaux YouTube «pour les conférences de presse» et Twitter, utilisé par le porte-parole du Conseil fédéral, André Simonazzi.

Lire aussi: Quand Twitter ou Google influencent les débats parlementaires (et tout le reste)

Quatre membres du gouvernement verront les développements du nouveau portail

Chaque plateforme gardera sa vocation, précise Urs Bruderer, qui souligne qu’Instagram ne devrait pas être utilisé pour retransmettre en direct les communications du gouvernement pour les plus jeunes. La nouvelle stratégie «Médias sociaux» prévoit par ailleurs un deuxième compte Twitter en anglais destiné à un public international, précise le porte-parole, alors qu’une «application Conseil fédéral» est également à l’étude.

Le nouveau compte Instagram du gouvernement a lui pris son essor ce lundi. Avec un graphique sur l’approvisionnement énergétique, plus de 15 000 nouveaux abonnés et une centaine de pages suivies dont celles des villes de Genève, Lausanne et Zurich, les Nations unies, plusieurs gouvernements internationaux et cantonaux ou encore Swisscom. Quatre conseillers fédéraux font également partie de la liste: Guy Parmelin, Simonetta Sommaruga, Ignazio Cassis et Alain Berset. Les trois autres ne sont pas boudés, ils n’ont simplement pas Instagram.