En 2006, le canton de Berne offrait un statut particulier à sa minorité francophone. Incarné par un conseil de 24 membres élus par le peuple, le CJB, auquel le canton déléguait des compétences pour défendre l'identité française de la région et sa culture. Concrètement, le Conseil du Jura bernois distribue les subventions culturelles.

Alors, le CJB serait l'institution qui soulagerait les communes du financement de l'Ecole de musique du Jura bernois (EMJB). Il faut déchanter. «La législation bernoise laisse très peu de marge de manœuvre», constate, diplomate, le président de la conférence des maires du Jura bernois, Francis Membrez. «Nous n'avons rien à dire», commente plus directement le président du CJB, Jean-Pierre Aellen. L'Ecole de musique, qui compte 1150 élèves, ne serait-elle pas une institution culturelle du Jura bernois?

Succès réjouissant mais problématique

Si le statut particulier pose des principes, d'autres lois cantonales restreignent son champ d'action. En l'occurrence, la loi sur l'encouragement des activités culturelles, qui régit le financement des 29 écoles de musique du canton de Berne. Le canton paie 20% des coûts, les parents 40% et la commune de domicile de l'élève 40%.

Le succès de l'Ecole de musique du Jura bernois, aussi réjouissant soit-il, pose des problèmes financiers aux communes, notamment aux petites, sujettes aux fluctuations du nombre d'élèves.

Budget de 2,5 millions

Après avoir constaté son impuissance, le CJB a «cherché à apporter une réponse», note le président Aellen. Il a d'abord démontré que l'EMJB fournit d'excellentes prestations à petit prix, malgré son budget global de 2,5 millions, dont 91,2% vont dans les salaires et dans les charges sociales. «Seules trois écoles du canton sur 29 affichent un coût par unité d'enseignement plus faible que le nôtre», note le CJB. «Pour comparaison, poursuit-il, l'Ecole de musique de Bienne consacre le quart de son budget à d'autres dépenses que les salaires, contre 8,8% ici.»

«L'école manque de moyens»

«Notre école ne coûte pas cher, et elle manque de moyens», relève le responsable de la section culture du CJB, Jean-René Moeschler. Le CJB a trouvé un artifice pour donner une bouffée d'air à l'EMJB: ne pouvant pas octroyer de subvention directe (il y aurait alors double subventionnement, ce qui est interdit dans le canton de Berne), il a décidé de «valoriser» les salles de répétition mises à disposition gratuitement par les communes, pour ainsi dégager 20000 francs par année, attribués à l'école pour acheter des instruments.

N'est-ce pas dérisoire? «Ça paraît être une goutte d'eau, constate le directeur de l'école de musique du Jura bernois, Philippe Krüttli. Mais c'est un bon signal.» «Nous demandons aux députés du Jura bernois d'intervenir au Grand Conseil pour changer la loi bernoise», renchérit Jean-René Moeschler. Une réforme est annoncée pour 2012.

Rapatrier au Jura bernois le subventionnement

Et Jean-Pierre Aellen d'en appeler à «rapatrier au Conseil du Jura bernois le subventionnement de l'école de musique. Ce serait un bel exemple d'évolution, puisqu'on nous dit que le statut du Jura bernois est évolutif». En attendant, le Jura bernois est contraint de s'aligner sur le droit cantonal.