Fathi Derder, conseiller national PLR et journaliste, a fait savoir mardi dans les colonnes du Temps qu’il quitterait la politique l’automne prochain. Son départ offre une brèche naturelle à la conseillère d’Etat Jacqueline de Quattro, qui sera candidate à la Chambre du peuple lors des prochaines élections fédérales.

Pour le PLR vaudois, le retrait de Fathi Derder réduit les risques d’un psychodrame électoral, qui auraient été élevés dans le cas où l’actuelle ministre cantonale du Territoire se serait présentée aux côtés de cinq sortants. Les quatre autres élus du parti cantonal se représentent bel et bien, confirme Marc-Olivier Buffat, président du PLR Vaud.

Notre article du 14 janvier 2019: Fathi Derder arrête la politique

Eviter un psychodrame

Un départ qui au fond arrange tout le monde? «Non, on ne peut pas dire ça, rectifie Marc-Olivier Buffat. Nous perdons une candidature intéressante, qui apportait de l’innovation car elle était différente des autres élus PLR.»

Mais le parti ne va pas se contenter de remplacer Fathi Derder par Jacqueline de Quattro. Le canton de Vaud, qui a vu sa population croître, obtient un siège supplémentaire, le 19e, à la Chambre du peuple. Se targuant d’un score en progression (31% aux dernières élections cantonales), le PLR espère bien le gagner: «Notre but est de rester sur cette lancée et de tout faire pour ravir ce fauteuil», affirme le président du parti cantonal, qui se dit «très optimiste».

Sur qui mise le PLR? Le nom de Rémy Jaquier, actuel président du Grand Conseil et ancien syndic d’Yverdon-les-Bains, est évoqué. Trois listes sont prévues, dont certaines sont presque «bouclées»: une liste Jeunes PLR, une liste Innovation, toutes deux avec une forte présence féminine, et une liste principale avec les élus sortants. Marc-Olivier Buffat ne sera pas candidat.

Lire également: Après le Conseil fédéral, la lutte pour la parité au parlement commence

«Bataille sérieuse»

Le siège supplémentaire sous la Coupole suscite d’autres appétits vaudois. «Nous allons évidemment essayer de gagner ce fauteuil, déclare la secrétaire générale du PS Vaud, Olga Baranova. C’est une bataille que nous prenons très au sérieux.»

L’espoir est que les élus sortants se représentent. Rebecca Ruiz, candidate au Conseil d’Etat, devrait être remplacée par Pierre-Yves Maillard, nouveau président de l’Union syndicale suisse (USS).

Surfant sur les préoccupations climatiques de la population, les Verts ne sont pas moins confiants. «S’il y avait eu un 19e siège vaudois en 2015, il aurait été vert, selon une récente étude», souligne Alberto Mocchi, président des écologistes. Les élus fédéraux, Adèle Thorens et Daniel Brélaz, se représentent.