La conseillère aux Etats verte vaudoise Adèle Thorens renoncerait à se représentera pas pour un second mandat lors des prochaines élections fédérales, révèle la RTS lundi soir.

Adèle Thorens, écologiste au «profil centriste» selon la RTS, a été élue aux Etats en 2019. Elle avait alors créé une petite sensation en passant devant la socialiste Ada Marra, qui se présentait à la suite du retrait de Géraldine Savary. Elle avait ainsi mis fin à vingt ans de présence sans interruption du Parti socialiste vaudois au Conseil des Etats, depuis l’élection de Michel Béguelin en 1999.

Lire aussi: Adèle Thorens sur l'énergie: «Nous avons tous compris qu’il y avait urgence»

Décision prise avant la candidature de Pierre-Yves Maillard

Adèle Thorens n’effectuera pourtant qu’un seul mandat dans la chambre des cantons. La RTS ne précise pas les raisons qui auraient poussé l’élue des Vert·e·s à renoncer à en briguer un second. Avant son accession aux Etats, Adèle Thorens a effectué trois législatures au Conseil national, où elle avait été élue en 2007. A la fin de la législature actuelle, elle aura donc en tout passé 16 ans au parlement. «La politicienne vaudoise n’a pas souhaité commenter, réservant sa communication pour le lieu et la date de son choix», indique la RTS, ajoutant que «sa décision a été prise au début de l’été». Soit avant la désignation par le Parti socialiste du poids lourd Pierre-Yves Maillard comme candidat aux Etats l’an prochain.

Lire aussi: Pierre-Yves Maillard en rouleau compresseur, mais les Vert·e·s ont des cartes à jouer

Cette annonce pourrait toutefois «rebattre les cartes de la course» en 2023 et favoriser l’élection de l’ancien conseiller d’Etat, actuel conseiller national et président de l’USS, commente la RTS.

L’autre fauteuil vaudois aux Etats est occupé par le PLR Olivier Français depuis 2015. Celui-ci n’a pas encore indiqué s’il se représenterait, mais assure être à la disposition de son parti.